L’Italie est le pays au monde ayant enregistré le plus de morts (18 849), devant les États-Unis (17 925), l’Espagne (15 843) et la France (13 197). Depuis le début de la pandémie, 1 650 651 cas ont été déclarés dans le monde, dont plus de 475 000 aux États-Unis, où la pandémie progresse aujourd’hui le plus rapidement.
L’Italie est le pays au monde ayant enregistré le plus de morts (18 849), devant les États-Unis (17 925), l’Espagne (15 843) et la France (13 197). Depuis le début de la pandémie, 1 650 651 cas ont été déclarés dans le monde, dont plus de 475 000 aux États-Unis, où la pandémie progresse aujourd’hui le plus rapidement.

Plus de 100 000 morts, gare au déconfinement précipité

ROME — Le bilan du nouveau coronavirus a dépassé vendredi le sinistre plafond des 100 000 morts, dans un monde cloîtré qui tente de circonscrire une pandémie toujours susceptible de «résurgence mortelle» en cas de déconfinement précipité selon l’OMS.

Depuis l’apparition du Covid-19 en décembre en Chine, 100 661 décès ont été recensés à ce jour, dont 70 245 en Europe, continent le plus touché, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 17h30 GMT.

L’Italie est le pays au monde ayant enregistré le plus de morts (18 849), devant les États-Unis (17 925), l’Espagne (15 843) et la France (13 197). Depuis le début de la pandémie, 1 650 651 cas ont été déclarés dans le monde, dont plus de 475 000 aux États-Unis, où la pandémie progresse aujourd’hui le plus rapidement.

Des centaines de millions de chrétiens ont entamé ce même jour les célébrations d’un weekend de Pâques inédit et sans fidèles, en particulier sur l’immense place Saint-Pierre de Rome, d’ordinaire noire de monde.

«Morts au front»

Pour la fête la plus importante de la tradition chrétienne, c’est sur écran que les fidèles suivront les messes d’un pape François lui-même confiné. Vendredi soir, à la lumière des torches, le chef spirituel des 1,3 milliard de catholiques regardera deux groupes de cinq personnes — des détenus et du personnel médical — rejouer la Passion du Christ.

Les médecins, infirmiers, infirmières, soeurs, prêtres qui combattent la pandémie sont «morts au front comme des soldats qui ont donné leur vie par amour», a décrit le pape sur une chaîne de télévision italienne, ajoutant qu’ils rejoignaient la liste des «crucifiés de l’Histoire».

À Jérusalem, pour la première fois en plus d’un siècle, le Saint-Sépulcre sera également fermé au public durant tout le weekend pascal. Une simple messe à huis clos y a été célébrée pour le Vendredi saint, qui commémore la crucifixion du Christ.

Chrétiens, mais également juifs et musulmans se voient privés de leurs célébrations : toutes les fêtes religieuses du mois d’avril sont affectées, Pâques chrétiennes, mais aussi Pessah, la Pâque juive, et sans doute aussi le ramadan qui doit débuter autour du 24 avril.

«Pâle rayon de soleil»

Entre autres nouveaux bilans, 987 personnes sont décédées en France en 24 heures, parmi lesquelles un enfant de six ans, selon les autorités sanitaires. «Pâle rayon de soleil» cependant, la diminution des admissions en réanimation (62 patients en moins).

Après un nouveau record journalier de près de mille morts également en Grande-Bretagne, le gouvernement britannique a exhorté au respect du confinement malgré le week-end pascal qui promet d’être ensoleillé. Le premier ministre Boris Johnson, contaminé et hospitalisé depuis dimanche, se remet à l’hôpital, mais «doit se reposer», selon son père.

L’Espagne a annoncé vendredi son plus bas nombre de morts quotidiens depuis le 24 mars, avec 605 décès. Le confinement a été prolongé en Irlande comme en Italie jusqu’à début mai.

La Turquie a dépassé de son côté les 1000 morts vendredi.

La timide tendance à la baisse de la tension hospitalière dans plusieurs pays montre que le confinement commence à porter ses fruits.

Gérer le «reflux»

Partout, les autorités sanitaires appellent à ne pas relâcher les efforts pour autant. Et alors que certains pays européens se préparent à la sortie du confinement, dans le sillage de la Chine, l’OMS a souligné qu’une levée trop rapide des restrictions «pourrait entraîner une résurgence mortelle» de la pandémie. Son «reflux pourrait être aussi mortel que sa propagation s’il n’est pas géré convenablement», a prévenu le patron de l’agence onusienne, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Des experts mettent également en garde. «Le pire scénario serait une sorte de fête de la victoire avec tout le monde dans la rue, en train de s’embrasser et de se congratuler», prévient David Lalloo, directeur de l’École de médecine tropicale de Liverpool.

Également pour l’après-confinement, le gouvernement allemand s’apprête à lancer une application mobile, inspirée de Singapour, pour faciliter le suivi individuel des cas et l’identification des chaînes de contamination, alors que l’exploitation des données issues des cellulaires suscite un vif débat.

Sur le même thème, Apple et Google ont annoncé vendredi un partenariat pour permettre le suivi numérique des individus ayant été à proximité des personnes infectées «dans le but d’aider les gouvernements et les agences de santé à réduire la propagation du virus», mais «en intégrant la confidentialité et la sécurité des utilisateurs au coeur de la conception».

Pendant ce temps, la communauté internationale s’évertue toujours à surmonter ses divisions. La première réunion du Conseil de sécurité consacrée à la COVID-19, organisée par visioconférence dans la nuit de jeudi à vendredi, a finalement accouché d’une souris. Ses 15 membres se sont bornés à apporter un «soutien» au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump se sont entretenus vendredi pour la troisième fois en deux semaines, pour parler Covid-19 et pétrole. Ceci alors que les principaux pays producteurs d’or noir s’efforcent toujours de finaliser un accord pour réduire leur production face à l’effondrement des cours.

En Europe, les 27 sont finalement parvenus jeudi à trouver un accord à l’arraché prévoyant 500 milliards d’euros immédiatement disponibles et un fonds de relance à venir d’un montant équivalent. Un sommet européen se réunira le 23 avril pour «jeter les bases d’une reprise économique musclée».

En Afrique, où la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont dit craindre une «crise alimentaire», le Gabon mettra en oeuvre un confinement total de sa capitale Libreville dès dimanche.

Ebola toujours là

En RDC, aussi touchée par le virus, la fièvre Ebola n’en finit pas non plus, avec un nouveau cas de cette meurtrière fièvre hémorragique détecté à Beni (est), à trois jours de la proclamation officielle prévue de la fin de l’épidémie.

Au Burundi en revanche, qui ne compte à ce jour que trois cas selon la version officielle, tout va bien: le parti au pouvoir et ses pasteurs évangéliques assurent que le pays est protégé par «la grâce divine».

Ailleurs dans le monde, la ville de Moscou durcira dès lundi le confinement, les services de santé de la capitale russe atteignant «leurs limites» avec des semaines «difficiles» en perspective.

En guerre depuis cinq ans, et théâtre de l’une des pires crises humanitaires, le Yémen a annoncé vendredi un premier cas de contamination.

Alors que les hommes sont confinés, les animaux eux continuent d’en profiter. Après les dauphins dans les canaux de Venise ou les canards dans les rues de Paris, des rorquals ont fait leur réapparition au large de Marseille, le long des côtes françaises de la Méditerranée.

Pour l’astronaute américaine Jessica Meir, qui retrouvera la semaine prochaine une Terre bouleversée après sept mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS), «c’est assez surréaliste de voir ce qu’il se passe sur la planète en dessous de nous». «J’ai peur de me sentir plus isolée sur Terre qu’ici». Avec Hervé BAR à Paris et les bureaux de l’AFP dans le monde