Des proches des prisonniers à l'extérieur de la prison où 57 détenus ont été tués

Nouveau bain de sang dans une prison au Brésil

RIO DE JANEIRO — Au moins 57 prisonniers ont été tués par d’autres détenus lors d’affrontements entre des groupes du crime organisé dans la prison d’Altamira, dans le nord du Brésil, ont rapporté des responsables de la prison.

Selon les autorités pénitentiaires de l’État de Para, 16 des victimes ont été décapitées, tandis que les autres ont été asphyxiées.

Un conflit a éclaté entre différents groupes criminels à la prison d’Altamira vers 7h, lorsque le déjeuner était servi, a relaté le responsable des prisons de l’État, Jarbas Vasconcelos, en conférence de presse.

Les détenus ont également allumé des incendies qui ont empêché les autorités d’entrer dans certaines parties de l’établissement pendant plusieurs heures, a-t-il ajouté.

Otages

Deux employés de la prison avaient été tenus en otage, mais ont finalement été libérés. Selon les autorités, 46 détenus seront transférés dans d’autres prisons, dont dix qui iront dans des installations fédérales plus strictes.

En mai, 55 détenus étaient morts dans une série d’émeutes qui avaient éclaté dans plusieurs prisons de l’État voisin d’Amazonas.

Au début de l’année 2017, plus de 120 détenus étaient morts dans les prisons de plusieurs États du nord du pays lorsque des groupes criminels rivaux s’étaient affrontés pour contrôler les itinéraires de trafic de drogue dans la région. Les violences avaient duré plusieurs semaines et s’étaient propagées à divers États.

Dans plusieurs prisons du Brésil, les gardiens, dont le nombre est nettement inférieur à celui des prisonniers, luttent pour conserver le contrôle sur une population de plus en plus nombreuse de détenus capables de mener des activités criminelles derrière les barreaux.