Lundi, Mamoudou Gassama, 22 ans, a été reçu à l’Élysée par le président français Emmanuel Macron, où il a raconté au chef de l’État les circonstances de son acte de bravoure.

Naturalisation du héros malien: des associations dénoncent une «récupération»

PARIS — Un migrant malien sans papiers élevé au rang de héros en France après avoir sauvé un enfant, sera régularisé et naturalisé français, lui a annoncé lundi Emmanuel Macron, plusieurs associations françaises d’aide aux migrants fustigeant une «récupération» masquant mal «la dureté» de sa politique migratoire.

Mamoudou Gassama, 22 ans, sera reçu mardi matin à la préfecture de Seine-Saint-Denis (région parisienne) où lui sera remis un titre de séjour lui permettant de travailler et d’entamer sa procédure de naturalisation, a indiqué la préfecture de police de Paris.

Lundi, il a été reçu par le président français sous les ors du palais de l’Élysée, où il a raconté au chef de l’État les circonstances de son acte de bravoure.

«Comme c’est un acte exceptionnel, tout ça, on le fera évidemment dès aujourd’hui : régulariser tous vos papiers et, si vous souhaitez, on va engager une procédure de naturalisation pour que vous puissiez devenir Français», a déclaré le président.

Mais si les associations qui viennent en aide aux migrants en France se félicitent de l’avenir qui s’éclaircit désormais pour le jeune homme, elles n’en oublient pas pour autant le tour de vis lancé sur l’immigration par M. Macron, qui avait fixé le cap dès septembre en estimant que «nous reconduisons beaucoup trop peu».

L’acte «héroïque» du jeune migrant malien, arrivé en France l’année dernière après être notamment passé par la périlleuse route migratoire de la Libye, intervient dans un contexte tendu entourant la situation des sans-papiers en France, dont des milliers vivent dans des conditions inhumaines dans des campements, notamment à Paris.

Projet de loi cet été

Un projet de loi très contesté durcissant les conditions de l’immigration et de l’asile doit être définitivement adopté pendant l’été en France, en dépit d’une vive opposition, parfois même dans les rangs du parti présidentiel.

«On a un sentiment général de récupération politique éhontée» et «d’utilisation d’un fait divers pour faire de la communication et de l’affichage», a déclaré Jean-Claude Mas, le secrétaire général d’une de ces associations, la Cimade. «Cela pose beaucoup de questions quand on sait ce que fait ce gouvernement», a-t-il ajouté, rappelant le sort des sans-papiers «pourchassés, maintenus dans la précarité, non reconnus dans leurs droits».

«Il y a une part d’hypocrisie ou de cynisme», a réagi Claire Rodier, du Groupe d’information et de soutien des immigrés, en dénonçant «le contraste avec la politique répressive menée par ce gouvernement sur les migrants et les sans-papiers».

Filmé par des passants, l’acte spontané de M. Gassama samedi à Paris a été vu des millions de fois sur les réseaux sociaux, lui valant le surnom de «Spiderman» : on le voit escalader, à mains nues et en moins de 30 secondes, la façade d’un immeuble parisien pour sauver un enfant de 4 ans suspendu à un balcon au quatrième étage.

«Dieu merci, je l’ai sauvé» 

Visiblement ému, le jeune Malien a expliqué son geste avec des mots simples : «Je n’ai rien pensé, j’ai pensé à le sauver et Dieu merci, je l’ai sauvé», a raconté le jeune homme, qui est arrivé en France en septembre 2017 et vit dans un foyer dans une banlieue défavorisée de Paris.

«Ça me fait plaisir parce que c’est la première fois [que je] gagne un trophée comme ça», a réagi Mamoudou Gassama après avoir reçu un diplôme et une médaille pour «acte de courage et de dévouement».

Dimanche soir, l’association SOS Racisme avait demandé sa régularisation et une pétition en ce sens avait recueilli plus de 5000 signatures.

Les sapeurs-pompiers de Paris se sont dits lundi «prêts à accueillir» M. Gassama dans leurs rangs, assurant qu’il partageait les mêmes «valeurs».