Le conseil a ensuite rendu hommage à Qassem Soleimani, qualifié de « glorieux général » qui était « la fierté non seulement des Iraniens mais aussi des musulmans et des opprimés […] à travers le monde ».

L’Iran promet de venger la mort du général Soleimani «au bon moment»

TÉHÉRAN — La plus haute instance sécuritaire de l’Iran a promis vendredi de venger « au bon endroit et au bon moment » la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par une frappe américaine à Bagdad.

« L’Amérique doit savoir que son attaque criminelle contre le général Soleimani a été la plus grave erreur du pays […] L’Amérique n’évitera pas les conséquences de ce mauvais calcul », a déclaré dans un communiqué le Conseil suprême de la sécurité nationale iranien.

« Ces criminels subiront une dure vengeance […] au bon endroit et au bon moment », a-t-il assuré, martelant que Washington « sera responsable pour les conséquences liées à chaque aspect de cet agissement criminel ».

Le conseil a ensuite rendu hommage à Qassem Soleimani, qualifié de « glorieux général » qui était « la fierté non seulement des Iraniens mais aussi des musulmans et des opprimés […] à travers le monde ».

Bien que sa mort soit « une grande perte », son rôle sera repris par un autre général, a dit le conseil. De fait, les autorités iraniennes ont déjà annoncé le nom de son successeur, Esmaïl Qaani.

Chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique iranienne, chargée des opérations extérieures de la République islamique d’Iran et homme-clé de l’influence iranienne au Moyen-Orient, le général Qassem Soleimani a été tué vendredi dans un raid américain à Bagdad.

La même frappe – décidée sur ordre du président américain Donald Trump, selon le Pentagone – a également tué son premier lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, des paramilitaires irakiens majoritairement pro-iraniens. En tout, 10 personnes sont mortes, selon Téhéran.