«Nous avons la satisfaction que ma fille ait enfin reçu justice au bout de sept ans. Les animaux ont été pendus», a pour sa part déclaré à des journalistes Asha Devi (centre), mère de la victime Jyoti Singh.

Les responsables du viol collectif de Delhi exécutés

NEW DELHI — L’Inde a exécuté vendredi à l’aube quatre hommes pour le viol collectif d’une étudiante dans un bus de Delhi en décembre 2012, un crime qui avait révulsé la nation d’Asie du Sud et le reste du monde.

Ce drame avait braqué une lumière crue sur le lourd silence autour des violences sexuelles dans le pays, les carences de son système judiciaire en matière de lutte contre les viols et, au-delà, le traitement des femmes dans la société indienne.

Mukesh Singh, Vinay Sharma, Pawan Gupta et Akshay Thakur ont été pendus à 5h30 locales dans la prison de Tihar, une application exceptionnelle de la peine de mort en Inde. Quelques manifestants s’étaient rassemblés devant l’établissement pénitentiaire pour saluer cette exécution, agitant des drapeaux indiens.

«La justice a triomphé. Il est de la plus grande importance de garantir la dignité et la sécurité des femmes», a réagi le premier ministre Narendra Modi sur son compte Twitter.

«Nous avons la satisfaction que ma fille ait enfin reçu justice au bout de sept ans. Les animaux ont été pendus», a pour sa part déclaré à des journalistes Asha Devi, mère de la victime Jyoti Singh.

Le dimanche 16 décembre 2012 au soir, l’étudiante de 23 ans sort d’une séance du film L’Odyssée de Pi dans un grand centre commercial avec un ami. Ils montent dans un bus privé tenu par une bande ivre de six hommes, croyant qu’il s’agit d’un transport collectif allant dans leur direction.

À bord, son ami est passé à tabac. Pendant une vingtaine de minutes, la jeune femme est sauvagement violée à tour de rôle à l’arrière du bus roulant à travers Delhi, lumières éteintes, et grièvement blessée avec une barre de fer. Les agresseurs se débarrassent d’eux au bord d’une route.

Dès le lendemain, l’affaire provoque une onde de choc dans l’opinion publique et déclenche de gigantesques manifestations spontanées, qui redoublent avec la mort de la victime de ses blessures le 29 décembre dans un hôpital de Singapour.

«Le mouvement qui a suivi le viol en réunion de 2012 a été comme un barrage qui cède», explique à l’AFP Kavita Krishnan, militante pour les droits des femmes.

À la suite du drame, le gouvernement a durci la législation contre les violences sexuelles et prévu des procédures judiciaires accélérées. Le nombre de signalements de viols dans le pays de 1,3 milliard d’habitants s’est envolé les années suivantes, même si les experts estiment que ces chiffres ne restent encore que la partie émergée de l’iceberg.

Des six suspects arrêtés, le meneur présumé est mort en détention quelques semaines plus tard, officiellement à la suite d’un suicide. Un autre, âgé de 17 ans à l’époque, a bénéficié d’une peine réduite en raison de sa minorité.