Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro en compagnie de sa femme Michelle Bolsonaro.

Le politicien d’extrême droite Jair Bolsonaro accède à la présidence du Brésil

SAO PAULO - Auparavant ridiculisé pour ses positions extrêmes, son usage de jurons et même son habillement, l’ex-militaire Jair Bolsonaro a accédé mardi à la présidence du Brésil.

Ce vieux routier de 63 ans, admirateur du président américain Donald Trump, a pris le pouvoir grâce à un programme anticorruption et pro-armes après quatre mandats consécutifs du Parti des travailleurs à la présidence du pays le plus peuplé d’Amérique latine.

La sécurité a été renforcée à sa demande à Brasilia mardi. Près de 3000 policiers ont été déployés dans la capitale, appuyés de chars militaires, d’avions de combat et même des missiles antiaériens.

Bien que les autorités n’aient fait état d’aucune menace à son endroit, Jair Bolsonaro a réclamé ce resserrement de la sécurité après avoir été poignardé lors d’un rassemblement de campagne à l’automne. Son intestin avait été transpercé et il porte depuis un sac de colostomie. Ses fils, également des politiciens, insistent sur le fait que leur père pourrait être visé par des militants radicaux.

Depuis son élection en octobre, M. Bolsonaro a mis très peu d’eau dans son vin, même si les progressistes décrient certaines de ses positions comme homophobes, sexistes et racistes.

Sa victoire s’inscrit dans la montée d’une série de politiciens populistes et d’extrême droite qui se sont fait élire à travers le monde en surfant sur la colère populaire contre l’ordre établi.