L'ambassadrice des États-Unis au Canada, Kelly Craft et le président Donald Trump à Bagotville peu après le sommet du G7 dans Charlevoix en 2018.

L’ambassadrice des États-Unis au Canada nommée à l’ONU

WASHINGTON — L’émissaire de l’administration de Donald Trump à Ottawa, Kelly Craft, deviendra ambassadrice des États-Unis à l’ONU.

La nomination de Mme Craft, une militante de longue date du Parti républicain au Kentucky, a été confirmée mercredi par le Sénat.

Mme Craft et son mari Joe Craft, qui dirige une grande entreprise de production de charbon, ont versé des millions de dollars à des candidats républicains par le passé. Elle devient ainsi la première donatrice politique majeure à occuper ce poste diplomatique clé, qui était vacant depuis sept mois.

Lors des audiences du Sénat en vue de sa confirmation, Mme Craft a promis de poursuivre les efforts de sa prédécesseure, Nikki Haley, en faveur d’une réforme de l’ONU et de lutter contre les résolutions et actions anti-israéliennes aux Nations unies.

Conflits d’intérêts?

Les démocrates ont critiqué Mme Craft pour certaines de ses remarques passées, notamment pour avoir mis en doute les causes et la gravité des changements climatiques. Ils ont également exprimé des préoccupations quant à d’éventuels conflits d’intérêts, puisqu’elle détient d’importants investissements dans les combustibles fossiles.

Les démocrates ont aussi critiqué le fait qu’elle avait passé beaucoup de temps hors du Canada au cours de son mandat comme ambassadrice.

Un rapport publié par le plus haut responsable démocrate du Comité des affaires étrangères du Sénat, Bob Menendez, affirme que le «manque d’expérience pertinente en politique» de Mme Craft pourrait menacer sa capacité à représenter et défendre convenablement les intérêts des États-Unis face à d’autres pays puissants.