Le scientifique Hal Weaver a parlé des nouvelles données reçues par la sonde en conférence de presse mardi.

La sonde New Horizons a survécu à son voyage historique

LAUREL, Md. - La sonde New Horizons de la NASA a survécu au voyage le plus lointain jamais réalisé par l’humanité.

Les contrôleurs de vol ont reçu un signal de confirmation de la sonde mardi matin, soit dix heures après après qu’elle eut survolé un objet céleste connu sous le nom de l’Ultima Thulé. Le laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins a éclaté en applaudissements au moment de la réception du signal.

Les scientifiques précisent que la sonde mettra toutefois près de deux ans à transmettre toutes ses observations de l’Ultima Thulé, qui se situe à plus de six milliards de kilomètres de la Terre. À une telle distance, l’envoi de signaux radio prend environ six heures.

Le Québécois Frédéric Pelletier était aux premières loges de cette mission historique, en tant que chef de navigation de la sonde.

La sonde spatiale, de la taille d’un piano demi-queue, a quitté la Terre le 19 janvier 2006. Elle a permis de croquer des images de Pluton en 2015, et elle continue depuis son périple dans l’espace.

L’Ultima Thulé avait été aperçu pour la première fois en 2014 avec le télescope spatial Hubble, ce qui signifie que l’itinéraire de la sonde New Horizons a été modifié après sa découverte.

Les scientifiques de la NASA croient que plusieurs autres objets se trouvent dans ce qu’on appelle la «troisième zone» du système solaire.

L’objectif de l’agence spatiale américaine est de passer la ceinture de Kuiper et d’envoyer des données à la Terre, afin d’en apprendre davantage sur l’origine du système solaire. Avec ces informations, les scientifiques pourraient approfondir leurs connaissances sur les comètes, les petites planètes et d’autres matières datant de l’époque où les planètes ont été formées - il y a de cela 4,5 milliards d’années.