À partir du 10 décembre, les Français pourront se voir délivrer en pharmacie des boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs [...] sur présentation d’une prescription d’un médecin ou d’une sage-femme.

La France va rembourser des préservatifs pour lutter contre le sida

PARIS — Des préservatifs pourront désormais être remboursés en France sur prescription médicale, une mesure rare pour lutter contre le sida et les infections sexuelles, alors que la prévention marque le pas.

Le nombre de nouvelles contaminations par le VIH reste élevé en France, avec environ 6000 nouveaux cas par an. Et les jeunes sont particulièrement frappés, avec «800 à 1000 nouveaux cas chez des gens de moins de 25 ans, qui utilisent souvent le préservatif pour leur premier rapport sexuel, mais pas dans les actes suivants», a souligné la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Pour renforcer la prévention du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST), le gouvernement français a donc décidé d’encourager l’emploi des préservatifs, à quelques jours de la Journée mondiale de lutte contre le sida, samedi.

À partir du 10 décembre, les Français pourront ainsi se voir délivrer en pharmacie des «boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs [...] sur présentation d’une prescription d’un médecin ou d’une sage-femme», a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué. Une mesure rare, que certaines mutuelles belges ont également adoptée en 2016.

En France, le remboursement ne concerne pour le moment qu’une marque : les préservatifs masculins Eden, fabriqués par le français Majorelle, premier laboratoire à faire une telle démarche en France.

Ce préservatif — peu onéreux par rapport aux marques concurrentes — sera remboursé par la sécurité sociale à hauteur de 60 % sur la base d’un prix de vente de 2,60 euros la boîte de 12 et le groupe espère que les mutuelles couvriront le reste à charge.

«Bonne nouvelle»

Cette annonce a été saluée par les associations de lutte contre le sida.

«Tout ce qui favorise l’accès aux outils de prévention, quels qu’ils soient, ne peut être qu’une bonne nouvelle. [...] Il ne doit pas y avoir d’obstacle financier, quel que soit le moyen choisi», a réagi Florence Thune, directrice générale du Sidaction.

«C’est une corde de plus à notre arc» s’est aussi réjouie Caroline Izambert, chargée de plaidoyer à Aides, soulignant que le remboursement des préservatifs est demandé par les associations «depuis le début de la lutte contre le sida».