L'architecte Ieoh Ming Pei en 1985, devant une maquette du Louvre.

La France et le Louvre rendent hommage à l'architecte Ieoh Ming Pei

PARIS — La France et le Louvre ont salué vendredi l'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei, décédé à New York à l'âge de 102 ans et auteur de la pyramide du célèbre musée parisien, en soulignant sa capacité à être moderne et novateur dans le respect des structures classiques.

Il aura «avec beaucoup de justesse su faire dialoguer ses conceptions modernistes avec des structures classiques préexistantes», a souligné dans un communiqué le ministre français de la Culture Franck Riester.

«Avec ses formes géométriques radicales, la griffe Pei se caractérisait par un double souci de pureté formelle et d'efficacité fonctionnelle au service des publics, hérité de sa collaboration avec les architectes visionnaires du Bauhaus, Walter Gropius et Marcel Breuer et inspiré par l'oeuvre de Frank Lloyd Wright et de Le Corbusier», a-t-il ajouté.

Jack Lang, qui était ministre de la Culture à l'époque de la construction de la pyramide, une des réalisations phares de l'artiste, a salué «un géant de l'architecture, à la fois classique et contemporain».

Pei a «imaginé ce magnifique écrin» de la Pyramide qui a fêté en avril ses 30 ans. «Il s'imposa par la rigueur de son architecture, l'enthousiasme de son engagement et son extraordinaire générosité qui fit tomber les obstacles les uns après les autres», a dit Jack Lang à l'AFP.

L'art de Pei est «enraciné dans l'Histoire est en même temps en harmonie avec son temps. [...] Son sens des lumières éclate à chaque instant dans les monuments qu'il construit», a encore salué l'ancien ministre du président François Mitterrand.

Les personnels du Louvre ont appaudi durant plusieurs minutes l'architecte sino-américain sous la pyramide qu'il a conçue. «Hommage à Ieoh Ming Pei, architecte de la Pyramide. Son intelligence, son élégance et son incroyable sourire resteront dans les esprits», a tweeté le musée.

Le président-directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a salué un architecte qui a donné au Louvre «un coeur et un poumon». Il a révélé que «récemment encore Pei suggérait lui-même les réaménagements nécessaires, mis en oeuvre en 2016, pour répondre au doublement de la fréquentation». Il «a su insuffler un très grand enthousiasme au sein des équipes du musée du Louvre tout au long de ce vaste chantier», a-t-il dit.

Place Ville Marie

On doit aussi notamment à Ieoh Ming Pei l'extension de la National Gallery of Art, à Washington, le Temple de la renommée du Rock and Roll, à Cleveland, l'immeuble d'acier et de verre de la Banque de Chine, à Hong Kong, de même que le Musée de l'art islamique à Doha, au Qatar.

À Montréal, il a contribué à la conception de la célèbre Place Ville Marie, une réalisation de son associé, l'architecte américain Henry Cobb, qui a été inaugurée en 1962. Cette tour cruciforme demeure de nos jours l'un des plus célèbres immeubles de Montréal grâce à sa forme inusitée et son souci de maximiser l'éclairage naturel. Avec La Presse canadienne

Ieoh Ming Pei en 2006 dans la cour Napoléon du Louvre, devant la Pyramide qu'il a imaginée.

***

LES GRANDES DATES DE L'ARCHITECTE

  • 26 avril 1917 : naissance de Ieoh Ming Pei à Canton, en Chine, d'un père banquier.
  • 1935 : part pour les États-Unis où il obtient un diplôme du MIT (Massachusetts Institute of Technology), puis de design à l'université de Harvard, sous la direction de Walter Gropius, fondateur du Bauhaus.
  • 1955 : créé son agence, I.M. Pei et associés qui deviendra Pei Cobb Freed et associés, un an après avoir été naturalisé américain.
  • 1956 : construction du Mile High Center, à Denver (Colorado), première grande commande d'une longue série aux États-Unis et dans le monde.
  • 1978 : réalise l'aile Est de la National Gallery of Art à Washington.
  • 1983 : lauréat du Prix Pritzker, considéré comme le Nobel de l'architecture.
  • 1989 : ouverture au public de la Pyramide du Louvre, inauguration de la tour de la Banque de Chine à Hong Kong.
  • 1992 : Médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine.
  • 2008 : ouverture de musée d'art islamique à Doha (Qatar), qu'il a conçu.