Au terminus de la ligne 2, les migrants se sont dirigés vers l’autoroute principale afin de se remettre à marcher ou de faire de l’auto-stop avec l’approbation tacite des autorités mexicaines.

La caravane de migrants part de Mexico et se dirige vers le nord

MÉXICO - Des milliers de migrants de l’Amérique centrale ont repris leur longue marche vers les États-Unis, samedi, après que le métro de Mexico eut accepté de les mener en périphérie de la capitale et que des chauffeurs de camion eurent commencé à leur offrir de les transporter plus au nord.

Au terminus de la ligne 2, les migrants se sont dirigés vers l’autoroute principale afin de se remettre à marcher ou de faire de l’auto-stop avec l’approbation tacite des autorités mexicaines.

Près d’un important poste de péage à environ 30 kilomètres au nord de la ville, la police de l’État de Mexico et des groupes de défense des droits de la personne aidaient hommes, femmes et enfants à monter dans des dix-huit roues, en plus de demander aux autobus et camions qui passaient s’ils pouvaient prendre des migrants à leur bord.

Quelque 4000 migrants prévoient se rendre à Querétaro, capitale de l’État du même nom située à 200 kilomètres au nord-est, puis possiblement à Guadalajara, Culiacan et Hermosillo avant d’éventuellement arriver à Tijuana, près de la frontière américaine.

La caravane est devenue un enjeu politique durant les élections de mi-mandat des États-Unis, le président Donald Trump ayant ordonné le déploiement de plus de 5000 soldats à la frontière pour empêcher les migrants d’entrer sur le territoire américain. M. Trump a aussi laissé entendre, sans fournir de preuve, que des criminels et des terroristes s’étaient cachés dans le groupe.

Plusieurs migrants, qui sont surtout originaires du Honduras, du Guatemala et du Salvador, ont confié avoir voulu fuir la pauvreté, la violence des gangs criminels et l’instabilité politique qui minent leur pays natal.