Jamal Khashoggi, un Saoudien âgé de 59 ans, a été porté disparu mardi alors qu’il se rendait au consulat pour remplir des formalités en vue d’épouser sa fiancée turque.

Journaliste porté disparu: la Turquie convoque l’ambassadeur saoudien

ANKARA, Turquie — La Turquie a sommé l’ambassadeur saoudien de solliciter «la pleine coopération» du royaume dans l’enquête sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, qui aurait été tué alors qu’il visitait le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Jamal Khashoggi, un Saoudien âgé de 59 ans, a été porté disparu mardi alors qu’il se rendait au consulat pour remplir des formalités en vue d’épouser sa fiancée turque.

Un responsable turc a déclaré que l’ambassadeur saoudien avait rencontré le vice-ministre turc des Affaires étrangères, Sedat Önal, dimanche au ministère. La chaîne de télévision privée turque NTV a indiqué qu’Ankara avait demandé aux enquêteurs turcs de fouiller le consulat d’Istanbul, mais un responsable du ministère des Affaires étrangères n’a pas voulu confirmer l’information.

Des responsables turcs ont soutenu que M. Khashoggi, un collaborateur du Washington Post, avait été tué au consulat et que son corps avait ensuite été déplacé hors du bâtiment, sans fournir de preuve. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué qu’il attendrait les résultats de l’enquête avant de se prononcer.

Les autorités saoudiennes ont nié les allégations et estimé qu’elles étaient sans fondement.

Le consulat a insisté sur le fait que Jamal Khashoggi avait quitté l’édifice, ce qui contredit la version des autorités turques. Le reporter saoudien a passé la dernière année aux États-Unis dans un exil volontaire après avoir fui le royaume, où règne un climat de répression contre les intellectuels et les militants qui critiquent les politiques du prince héritier Mohammed ben Salmane.

La disparition de M. Khashoggi pourrait mettre de la pression sur le prince héritier saoudien, qui tente de se présenter comme un réformateur et un allié de l’Occident.

«L’opposition au jeune prince héritier au sein de la famille au pouvoir augmentera probablement, a prévenu Ayham Kamel, le responsable des recherches sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au Groupe Eurasia. Certains membres de la famille Al Saoud sont convaincus que le prince est téméraire et qu’il compromet la sécurité du pays.»

Citant la police, l’agence de presse officielle turque a révélé que 15 ressortissants saoudiens étaient arrivés à Istanbul à bord de deux avions et se trouvaient à l’intérieur du consulat lorsque Jamal Khashoggi a disparu. L’agence privée DHA a indiqué que les appareils, identifiés comme étant des jets Gulfstream appartenant à une compagnie de Riyad qui loue des avions privés, ont atterri à l’aéroport Atatürk d’Istanbul le jour de la disparition de Jamal Khashoggi.

Des journalistes et des militants se sont réunis lundi devant le consulat d’Arabie Saoudite pour réclamer des informations sur ce qui est arrivé à M. Khashoggi.

«Nous aimerions savoir exactement ce qui s’est passé au consulat saoudien à Istanbul et connaître les circonstances de sa disparition, a déclaré Mohamed Okad, un ami de Jamal Khashoggi et fondateur du groupe consultatif Insight into Crisis. Nous demandons à la communauté internationale de faire pression sur l’Arabie saoudite et Mohammed ben Salmane pour qu’ils nous racontent exactement ce qui s’est passé.»

Parmi les manifestants se trouvait Tawakkol Karman, une journaliste yéménite et lauréate du prix Nobel de la paix en 2011

Mme Karman a accusé l’Arabie saoudite de «terrorisme d’État» et a demandé à la communauté internationale de sanctionner le royaume. Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est en guerre avec les rebelles houthistes du Yémen, qui bénéficient du soutien de l’Iran, depuis mars 2015.

***

TRUMP PRÉOCCUPÉ PAR LA DISPARITION

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump s'est dit «préoccupé» lundi par la disparition du journaliste saoudien critique de son pays Jamal Khashoggi, qui n'a pas donné signe de vie depuis le 2 octobre après s'être rendu au consulat saoudien d'Istanbul.

«Je suis préoccupé (...) J'espère que ça s'arrangera. À l'heure actuelle, personne ne sait rien là-dessus. De mauvaises histoires circulent. Je n'aime pas ça», a déclaré M. Trump à des journalistes, de retour à la Maison-Blanche après un déplacement en Floride.  AFP