Cedella Roman, une Française de 19 ans, a raconté au réseau anglais de Radio-Canada qu’elle avait traversé sans s’en rendre compte la frontière entre les deux pays le 21 mai dernier, alors qu’elle rendait visite à sa mère en Colombie-Britannique.

Joggeuse arrêtée pour avoir traversé la frontière: pas un cas unique

VANCOUVER — L’histoire d’une jeune Française qui aurait passé deux semaines en détention pour avoir franchi sans le savoir la frontière canado-américaine devrait servir d’avertissement aux Canadiens, selon un avocat spécialisé en droit de l’immigration.

Bien que certains détails de cette affaire soient inusités, les Canadiens qui promènent leur chien ou qui pratiquent le jogging près de la frontière devraient apprendre de cet incident, selon Len Saunders, un avocat de la ville de Blaine, dans l’État de Washington.

Cedella Roman, une Française de 19 ans, a raconté au réseau anglais de Radio-Canada qu’elle avait traversé sans s’en rendre compte la frontière entre les deux pays le 21 mai dernier, alors qu’elle rendait visite à sa mère en Colombie-Britannique. La Presse canadienne n’a pu joindre la jeune femme.

LIRE AUSSI: Française détenue par erreur dans une prison de migrants

Dans une déclaration transmise par courriel, le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis a confirmé que Mme Roman avait été arrêtée par les agents à Blaine. À ce moment-là, elle avait parcouru 800 mètres aux États-Unis et elle se rendait encore plus au sud, selon l’agence.

Elle est passée outre le port d’entrée Peace Arch, qui est bien visible sur la plage où elle est passée, a soutenu le service américain. La dame n’avait pas de pièce d’identité sur elle.

Une personne qui n’entre pas par un poste-frontière officiel et qui ne fait pas l’objet d’une inspection par des douaniers est dans l’illégalité, a rappelé l’agence américaine. Cedella Roman a été transférée au centre de détention de Tacoma le jour suivant.

«Il va de la responsabilité d’un individu qui est dans les environs d’une frontière internationale de rester à l’affût des alentours et du lieu où il est à tout moment», a ajouté le service américain.

Len Saunders souligne qu’il y a plusieurs migrants illégaux qui se rendent aux États-Unis depuis le Canada.

«Lorsque quelqu’un du [service de protection de la frontière] rencontre une Française... Il ne sait pas si elle arrive illégalement ou si elle a fait une honnête erreur», a-t-il indiqué.

Len Saunders dit avoir entendu parler de Canadiens qui ont été déportés des États-Unis parce qu’ils avaient franchi accidentellement la frontière. Mais de tels incidents sont enregistrés dans leur dossier, et la plupart ne le réalisent pas jusqu’à ce que leur demande de carte Nexus soit refusée, par exemple.