La tour Eiffel avait été fermée aux visiteurs mardi, en raison d’importantes chutes de neige sur Paris.

Gelée, la tour Eiffel reste fermée

La tour Eiffel, un des monuments les plus courus de Paris avec six millions de visiteurs par an, restera fermée vendredi et samedi, la neige et le verglas l’ayant rendu «impraticable», a annoncé la société d’exploitation du monument.

«L’importante masse de neige qui recouvre la Dame de fer et les températures très basses ayant généré du verglas rendent actuellement les plateformes et escaliers impraticables», indique la Société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE) dans un communiqué.

Elle souligne que «la nature même du monument rend les techniques de déneigement relativement complexes». «Le salage des plateformes n’est pas envisageable puisque corrosif pour le métal. Il n’est pas non plus autorisé de répandre du sable qui pourrait endommager les mécanismes des voies d’ascenseur», détaille-t-elle.

«Aussi, les techniques favorisées consistent à dégager les plus épaisses couches de neige à la pelle», précise la SETE. «Le traitement anti-gel est, quant à lui, pratiqué grâce à l’application de chlorure de calcium et par réchauffement des plateformes».

La tour Eiffel avait été fermée aux visiteurs mardi, en raison d’importantes chutes de neige sur Paris.

Le monument a reçu en 2017 plus de six millions de visiteurs.

+

Un tribunal confirme l’expulsion de Jean-Marie Le Pen du Front national

Un tribunal d’appel français a confirmé vendredi l’expulsion de Jean-Marie Le Pen du Front national, le parti d’extrême droite qu’il a fondé et qui est aujourd’hui dirigé par sa fille Marine.

Mme Le Pen et d’autres dirigeants de la formation ont expulsé M. Le Pen en 2015, dans la foulée d’une série de remarques qui nuisaient, selon eux, à l’image du parti. M. Le Pen avait notamment répété que les chambres à gaz nazies sont un «détail» de l’Histoire.

Son expulsion avait été confirmée par un premier tribunal en 2016. Vendredi, le juge de la cour d’appel a estimé que l’expulsion de M. Le Pen était justifiée, en raison du tort qu’il a causé au parti.

Le tribunal lui a toutefois octroyé un dédommagement de 25 000 euros, en plus d’ordonner au Front national de lui rembourser certains frais. La cour a également tranché que M. Le Pen peut conserver son titre de président honorifique du parti à vie, ce qui lui donne accès aux principales rencontres de la formation.

Cette victoire pourrait toutefois être de courte durée, puisque la position de président à vie pourrait être abolie dès le mois prochain, lors du congrès du Front national.

Le parti pourrait aussi décider à ce moment de changer de nom.

Le Front national a prévenu par voie de communiqué que M. Le Pen n’a aucun droit de participer à ce congrès, qui est réservée aux membres du parti qui acquittent leurs cotisations. Avec Associated Press