France: fumer un joint sera passible d’une amende de 200 euros à la rentrée

PARIS — Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé samedi qu’une amende forfaitaire de 200 euros serait infligée aux consommateurs de drogue à partir de la rentrée, une mesure déjà en test dans plusieurs villes du pays.

La forfaitisation des délits de stupéfiants «sera généralisée dès la rentrée», a annoncé le chef du gouvernement lors d’un déplacement sur le thème de la sécurité à Nice, dans le sud-est de la France, où une fusillade a eu lieu lundi en plein jour.

Cette mesure aidera les forces de l’ordre à «appliquer une sanction sans délai» et devrait se montrer efficace «contre les points de revente qui gangrènent les quartiers», a-t-il affirmé.

Cette amende forfaitaire de 200 euros, qui s’applique à toutes les drogues mais vise d’abord les usagers de cannabis, est en test à Rennes (ouest) ou Reims (est) notamment depuis quelques semaines et sera étendue en septembre à tout le territoire.

Si elle est réglée sous quinze jours, l’amende est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration de 450 euros.

Une loi de 1970 prévoit théoriquement de punir l’usage illicite de stupéfiants jusqu’à un an de prison et 3 750 euros d’amende, mais l’emprisonnement pour usage reste exceptionnel, les magistrats privilégiant des «mesures alternatives aux poursuites» comme des rappels à la loi.

Après presque 50 ans de répression, les Français sont les premiers consommateurs de cannabis en Europe et pointent au troisième rang pour la cocaïne.