Andrew Gillum est devenu mardi le premier candidat noir à remporter les primaires démocrates pour le poste de gouverneur de la Floride.

Floride: des propos jugés racistes du républicain Ron DeSantis sèment la controverse

WASHINGTON — Le duel entre le premier candidat noir au poste de gouverneur en Floride et un républicain pro-Trump a démarré mercredi sur fond de polémique après des propos de ce dernier jugés racistes par de nombreux démocrates aux États-Unis.

Tous deux ont surpris dans leurs camps en coiffant au poteau les favoris, reflet d’une année électorale marquée par la poussée des candidats anti-establishment.

«Personne ne s’attendait à ce que le fils d’une conductrice de bus et d’un maçon» gagne, a lancé mardi soir Andrew Gillum, soutenu par Bernie Sanders, après avoir battu ses quatre principaux opposants aux primaires démocrates.

À 39 ans, le maire de la ville de Tallahassee, capitale de la Floride, devient le premier candidat noir au poste de gouverneur dans le troisième État le plus peuplé du pays.

En face, un ardent partisan de Donald Trump et élu de la Chambre des représentants des États-Unis, Ron DeSantis, a écrasé le candidat préféré des stratèges républicains...

Et provoqué une polémique dès mercredi matin en employant un verbe composé à partir du mot singe en direction de son opposant noir («monkey this up») pour dire que ce dernier risquait de nuire aux avancées économiques supposées du gouverneur républicain actuel.

Des propos largement interprétés comme racistes par les démocrates, et au-delà.

«M. DeSantis s’inspire directement du manuel de campagne de Donald Trump», a réagi Andrew Gillum sur Fox News. Mais il se trompe «s’il pense que les électeurs de Floride vont répondre à ce niveau de moquerie et de division. Ils en ont assez».

Un malentendu

L’équipe du républicain s’est défendue, jugeant la polémique «absurde». «M. DeSantis parlait bien évidemment de la Floride qui ferait le mauvais choix en épousant les politiques» du candidat «démocrate d’extrême gauche».

Ron DeSantis, également 39 ans, a clairement affiché, et avec humour, son admiration pour le président républicain. Il bénéficie du soutien sans réserve de Donald Trump.

Le président américain a taclé mercredi son opposant sur Twitter, qualifiant Andrew Gillum de «maire socialiste raté» qui a permis «au crime et à de nombreux problèmes de se propager dans sa ville».

Soutenant des lois «de bon sens sur les armes» dans un État récemment frappé par la tuerie de l'école secondaire de Parkland et un système de santé universel, Andrew Gillum a reçu le soutien de Bernie Sanders, rival progressiste de Hillary Clinton à la primaire démocrate en 2016. Il s’est déclaré en faveur d’une procédure de destitution contre Donald Trump.