Dans le comté de Ventura, plus de 2500 pompiers tentent tant bien que mal de limiter les dégâts causés les incendies.

Feux: la Californie décrète l'état d'urgence

Les autorités américaines ont confirmé la mort d’une femme de 70 ans qui fuyait un énorme incendie de forêt dans le sud de la Californie, vendredi, alors que l'état d'urgence a été décrété dans le grand État de la côte ouest.

Le médecin légiste du comté de Ventura a affirmé que Virginia Pesola, une résidante de Santa Paula, avait été tuée dans un accident de voiture sur une route d’évacuation mercredi soir.

Les autorités ont annoncé vendredi que la dame avait succombé à des blessures subies durant l’accident, à l’inhalation de fumée et à des brûlures.

Le décès de Mme Pesola est le premier lié aux six feux de forêt qui ravagent présentement la Californie. La femme a été retrouvée dans une voiture à Santa Paula. Le secteur, situé au nord-ouest de Los Angeles, est menacé par un incendie alimenté par des vents qui s’est déclaré lundi et a détruit des centaines de maisons.

Plus tôt vendredi, la Maison-Blanche avait annoncé dans un communiqué que le président avait approuvé l’état d’urgence décrété par la Californie et ordonné aux services fédéraux de participer aux efforts des autorités locales pour lutter contre les incendies qui ravagent l’État depuis le 4 décembre.

Selon le service météo de Los Angeles, les vents se sont un peu essoufflés (entre 50 et 80 km/h) par rapport à jeudi, où ils avaient atteint des vitesses dignes d’un ouragan de catégorie 1. Les conditions dans le sud de l’État restent «extrêmement dangereuses» avec un sol sec et des températures anormalement élevées, a prévenu l’agence de lutte contre les incendies Calfire.

Peu avant midi vendredi, Calfire a indiqué que 212 000 habitants étaient toujours évacués.

Plus de 230 000 habitants avaient dû quitter jeudi leur domicile depuis le départ des premiers feux lundi à Los Angeles et dans sa région. Environ 600 personnes ont été accueillies dans la nuit de jeudi à vendredi dans les centres d’hébergement de la Croix-Rouge.

Quelque 8700 pompiers étaient mobilisés vendredi, enchaînant les nuits blanches sur plusieurs fronts entre le Pacifique, les collines boisées d’Ojai, et en direction de San Diego.

Dans le comté de San Diego, à environ une heure et demie au sud de Los Angeles, deux incendies cernaient la ville de Murrieta. Au sud, le foyer «Lilac» a consumé plus de 1600 hectares en moins de 24 heures et les autorités ont ordonné l’évacuation des zones les plus menacées. Le feu «grandit à une vitesse d’expansion dangereuse» et a déjà détruit 65 bâtiments, selon les pompiers. Au nord, celui nommé «Liberty» a brûlé 120 hectares de végétation et n’était contenu qu’à 10 %.

Dans cette zone, les services de secours ont fait état d’au moins quatre blessés, victimes de brûlures ou d’inhalation de fumée.

Dans cette région rurale enfoncée dans les terres du désert californien, beaucoup de chevaux ont aussi dû être évacués à la hâte, mais certains n’ont pas survécu. Dans le centre équestre de San Luis Rey, au moins 25 chevaux sont morts brûlés, selon la presse locale.

Urgence à Santa Barbara

Cliff Sise, un entraîneur, a dit sur la chaine locale de télévision CBS8 avoir tenté en vain de secourir sa jument prisonnière d’une étable en feu : «Il faisait sombre, tout était chaud et elle ne sortait pas. [...] Elle a brûlé rapidement».

Dans le comté de Ventura, au nord-ouest de Los Angeles, plus de 2500 soldats du feu luttaient contre le brasier le plus dévastateur.

Cet homme de Bonsall ne peut que constater la destruction de son domicile. Même si les vents se sont calmés par rapport à jeudi, de nombreux résidents californiens ont été évacués.

Le foyer «Thomas» a quant à lui détruit plus de 53 000 hectares et n’était contenu qu’à 10 %, selon le dernier bilan vendredi matin. Il a entraîné un décès, réduit en cendres plus de 400 structures depuis lundi et en a abîmé 85 autres. 15 000 bâtiments sont encore menacés par les flammes.

Les appels aux dons en faveur des sinistrés se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Un lycée de Ventura a notamment demandé sur Twitter des produits de première nécessité et des produits sanitaires.

«Thomas» se dirige vers le nord-ouest et menace la ville de Santa Barbara, que le gouverneur de l’État, Jerry Brown, a placé en situation d’urgence. Les opérations d’évacuation ont débuté jeudi.

Plus près de Los Angeles, l’incendie «Skirball» a réduit en cendres plusieurs demeures du quartier de Bel-Air, prisé des milliardaires. Plus de 700 résidences ont été évacuées.

Des flammes de plus de dix mètres de hauteur ont calciné la luxuriante végétation des collines où se dressent des maisons dignes de châteaux toscans ou de palais minimalistes. Le feu a frôlé la propriété et le vignoble du magnat des médias Rupert Murdoch, estimés à 30 millions $. Il était maitrisé à 30 %, selon un bilan publié jeudi soir.

Partout dans les comtés de Los Angeles et de Ventura, les automobilistes traversaient des tronçons entourés de brasiers, tandis que des routes partiellement fermées aggravaient le trafic traditionnellement dantesque de la région.

Selon le dernier bilan vendredi midi de Calfire, plus de 500 bâtiments ont été détruits par six incendies faisant rage dans l’État et 25 660 maisons sont menacées. Ils ont réduit en cendres 57 000 hectares.

L’année 2017 a été la plus meurtrière en Californie à cause d’incendies. Plus de 40 personnes sont mortes en octobre dans plus d’une dizaine de feux qui ont ravagé une partie du nord viticole, ont rasé plus de 10 000 bâtiments et brûlé plus de 73 000 hectares.