Pour le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, les dirigeants européens «doivent démontrer qu’ils ont compris qu’il s’agit de défendre des intérêts communs».
Pour le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, les dirigeants européens «doivent démontrer qu’ils ont compris qu’il s’agit de défendre des intérêts communs».

États généraux sur la relance: Giuseppe Conte évoque «un choc sans précédent» pour l’Italie

ROME — Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a lancé samedi des «états généraux» sur la relance économique en Italie après l’épidémie de coronavirus, afin d’amortir «un choc sans précédent» dans le pays.

«Nous sommes en train de vivre un choc sans précédent, avec des coûts humains, sociaux et économiques très élevés. Je partage la même conception avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen: nous ne pouvons pas nous permettre de retourner au statu quo précédant cette crise», a déclaré M. Conte en lançant les débats.

Il a appelé à détailler «un projet courageux» pour sortir de la crise. «Nous devons aussi en profiter pour transformer la crise en opportunité pour éliminer tous les obstacles qui ont freiné (le pays) durant les vingt dernières années», a-t-il noté.

Au cours de cette réunion à huis clos inaugurée par M. Conte, plusieurs personnalités interviennent à distance: Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Paolo Gentiloni, commissaire européen aux Affaires économiques, Charles Michel, président du Conseil européen ou encore Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.

Pour M. Conte, les dirigeants européens «doivent démontrer qu’ils ont compris qu’il s’agit de défendre des intérêts communs».

Sur une note plus légère, le chef du gouvernement italien a précisé que «l’investissement dans la beauté» de l’Italie doit faire partie du programme de relance.

Les états généraux sont organisés dans un palais du XVIIe siècle, Casino del Bel Respiro, situé dans l’immense parc romain villa Doria Pamphilj. Ce choix inhabituel constitue vraiment «un hommage à la beauté italienne», a insisté M. Conte, «au moment où nous concevons la relance nous devons faire en sorte que le monde entier se concentre sur la beauté de notre pays».

L’Italie, frappée de plein fouet par l’épidémie de coronavirus, devrait connaître une baisse de son PIB de 8,3% en 2020, selon le scénario le plus optimiste, une chute qui pourrait atteindre 14% pour les plus pessimistes.

Pour stimuler l’économie des pays les plus touchés, la Commission européenne a proposé fin mai un plan de relance de 750 milliards d’euros -- 500 milliards de subventions non remboursables et 250 milliards de prêts --. Sur cette somme, l’Italie doit bénéficier de 172 milliards d’euros.