Depuis son extradition en janvier 2017, Joaquin Guzman, alias «El Chapo», a été placé dans une prison ultrasécurisée du sud de Manhattan, le Metropolitan Correctional Center (MCC), dans une cellule de 5 mètres sur 3, sans fenêtre et éclairée artificiellement en permanence.

«El Chapo» débouté de ses demandes d'aménagement de ses conditions de détention

NEW YORK — Un juge fédéral de Brooklyn a refusé au narcotrafiquant Joaquin Guzman, alias «El Chapo», toutes les demandes d'aménagement de ses conditions de détention, le magistrat estimant crédible le risque d'évasion de l'ancien chef du cartel de Sinaloa.

En attente de connaître sa peine le 25 juin, après avoir été reconnu coupable le 12 février des dix chefs d'accusation retenus contre lui, «El Chapo» avait demandé début mai à pouvoir bénéficier de plusieurs aménagements.

Depuis son extradition en janvier 2017, Joaquin Guzman a été placé dans une prison ultrasécurisée du sud de Manhattan, le Metropolitan Correctional Center (MCC), dans une cellule de 5 mètres sur 3, sans fenêtre et éclairée artificiellement en permanence.

Le narcotrafiquant avait notamment demandé à pouvoir sortir au moins deux heures par jour à l'air libre, lui qui ne peut pour l'instant se dégourdir les jambes qu'une heure quotidiennement dans une autre cellule.

Dans une décision rendue lundi, le juge Brian Cogan a refusé, rappelant que ces conditions de détention étaient liées aux caractéristiques du détenu, qui s'est déjà évadé de prison à deux reprises.

Le magistrat estime ainsi «plausible» que Joaquin Guzman tente à nouveau de s'échapper, comme l'ont fait valoir les services du procureur fédéral de Brooklyn, Geoffrey Berman.

Ces mesures exceptionnelles «ne visent pas à punir le détenu et ne sont ni excessives ni arbitraires», a écrit le juge dans son ordonnance.

Le magistrat a aussi refusé la demande d'«El Chapo» d'accéder au magasin général des détenus, car «beaucoup d'objets» proposés par ce biais, pourraient «être utilisés comme des armes».

Bouchons d'oreille interdits

Également refusés : des bouchons d'oreille, le juge estimant qu'ils pouvaient mettre le détenu en danger, faute d'avoir entendu une alarme, ou lui permettre d'ignorer les demandes verbales des surveillants.

Joaquin Guzman, 62 ans, est passible de la réclusion à perpétuité. Ses avocats ont déjà annoncé leur intention de faire appel de sa sentence du 25 juin.