Même si le président Donald Trump dit s’opposer au vote à grande échelle par courrier, le service postal américain dit se préparer à recevoir un nombre sans précédent de bulletins en raison de la pandémie de COVID-19.
Même si le président Donald Trump dit s’opposer au vote à grande échelle par courrier, le service postal américain dit se préparer à recevoir un nombre sans précédent de bulletins en raison de la pandémie de COVID-19.

Droit de vote : le service postal américain craint des délais

Associated Press
WASHINGTON — Le service postal américain prévient les États qu’il ne peut pas garantir que tous les bulletins de vote envoyés par courrier à l’occasion des élections de novembre arriveront à temps pour être comptés, même s’ils l’ont été dans les délais impartis.

Cela signifie dans les faits que des millions d’électeurs pourraient être privés de leur droit de vote.

Même si le président Donald Trump dit s’opposer au vote à grande échelle par courrier, le service postal américain dit se préparer à recevoir un nombre sans précédent de bulletins en raison de la pandémie de COVID-19.

La lettre envoyée aux États-Unis soulève la possibilité que les bulletins de nombreux Américains ne soient pas comptés en novembre, mais telle n’est pas son intention, a prétendu le ministre des Postes, Louis DeJoy, dans un message aux dirigeants démocrates du Congrès.

Le service postal «demande simplement aux élus et aux électeurs de réfléchir de manière réaliste au fonctionnement du courrier et de tenir compte des normes de livraison, afin de donner aux électeurs suffisamment de temps pour voter par la poste», a écrit M. DeJoy, un important donateur politique de Donald Trump, qui a été récemment nommé à ce poste.

Le président Donald Trump, au début de sa conférence de presse au New Jersey samedi.

Une campagne qui sème le doute

Cette intervient survient dans la foulée d’une vigoureuse campagne du président américain pour semer le doute sur la légitimité du vote par correspondance.

Même si lui-même a souvent voté par courrier au cours du passé, M. Trump a critiqué les efforts visant à permettre à plus de gens de le faire. Il a déclaré, sans preuve, que cela favorisera la fraude électorale et lui coûterait son retour à la Maison-Blanche.

Même si la pandémie a alimenté un plus grand besoin pour la livraison rapide du courrier, M. DeJoy a ordonné des mesures de réductions des coûts, nuisant à l’efficacité du service. Il a aussi pris des décisions visant à éliminer la rémunération des heures supplémentaires et à retenir le courrier si les centres de distribution sont en retard.

Le vérificateur fédéral du service postal a ouvert une enquête sur les changements opérationnels de l’agence ayant retardé les livraisons de courrier dans l’ensemble du pays, a annoncé vendredi une porte-parole. Cela vient après que la sénatrice Elizabeth Warren, du Massachusetts, et huit autres démocrates eurent envoyé une lettre demandant une révision.

Le service postal a publié la lettre envoyée aux 50 États et au District de Columbia sur son site Internet.

La missive a soulevé l’ire de nombreux gouverneurs et autres responsables.

«C’est une évolution profondément troublante dans ce qui devient un schéma clair de tentative de suppression des électeurs par l’administration Trump», a déclaré le gouverneur démocrate de Virginie, Ralph Northam.

Kim Wyman, la secrétaire d’État républicaine de l’État de Washington, où tous les votes se font par courrier, a rappelé que l’envoi de bulletins de vote à des millions d’électeurs est une «opération de routine du service postal américain».

«Politiser ce processus administratif est dangereux et sape la confiance du public envers les élections, a-t-elle souligné. Ce volume de travail n’est en aucun cas inhabituel et c’est une opération, j’en suis convaincue, que le service postal américain est suffisamment préparé à accomplir.»