Deux sénateurs affirment que Trump n’a pas employé l’expression «pays de merde»

PALM BEACH — Deux sénateurs républicains qui avaient précédemment dit ne pas se souvenir si Donald Trump avait lancé une expression vulgaire pour décrire les pays africains ont changé leur version des faits et mis en doute les déclarations de leurs collègues.

Le président américain a été accusé d’avoir utilisé l’expression «pays de merde» (shithole) lors d’une rencontre bipartite avec six sénateurs au cours de laquelle le président a remis en question la nécessité d’admettre plus Haïtiens aux États-Unis, selon des sources qui avaient été mises au courant de la conversation. M. Trump a aussi déclaré qu’il préférait voir plus d’immigrants venir de la Norvège.

La Maison-Blanche n’a jamais nié que M. Trump avait prononcé cette expression. Le président a réfuté certaines descriptions de la réunion.

Les sénateurs David Perdue (Géorgie) et Tom Cotton (Arkansas) avaient publié vendredi un communiqué, affirmant «ne pas se souvenir que le président ait exprimé précisément ces commentaires».

M. Perdue a dit que ceux qui ont rapporté les propos du président avaient grossièrement déformé la réalité. Les sénateurs Dick Dubin, un démocrate de l’Illinois, et Lindsey Graham, un républicain de la Caroline du Sud, se sont trompés, a-t-il soutenu. Tous les quatre sénateurs étaient présents lors de la rencontre.

«J’insiste: il n’a pas employé cette expression. Et j’insiste, c’est une grossière déformation des faits», a dit M. Perdue sur les ondes d’ABC pendant l’émission This Week.

M. Cotton a dit qu’il n’avait pas entendu l’expression. «Je n’étais pas plus éloigné de Donald Trump que ne l’était Dick Durbin», a-t-il souligné à l’émission Face the Nation, sur les ondes de CBS.