La valeur de la monnaie virtuelle a surpassé 17 000 $ US jeudi.

Des pirates auraient volé 70 millions $US en bitcoins

TOKYO — Des pirates informatiques ont apparemment volé des bitcoins d’une valeur de 70 millions $ US à une entreprise de Slovénie.

La valeur de la monnaie virtuelle a surpassé 17 000 $ US jeudi, alors qu’elle s’apprête à faire son apparition sur d’importantes places financières américaines.

La firme NiceHash, qui mine des bitcoins au nom de ses clients, a révélé enquêter sur une brèche de sécurité. Elle a annoncé une interruption de ses activités pendant 24 heures, le temps de déterminer combien de bitcoins ont été volés.

La firme de recherche Coindesk croit toutefois qu’environ 4700 bitcoins ont été subtilisés, ce qui gonflerait la valeur du larcin à 70 millions $ US selon le prix sans précédent atteint jeudi.

NiceHash a dit coopérer avec l’enquête de la police et elle a demandé à ses utilisateurs de changer leurs mots de passe.

Des contrats à terme standardisés de bitcoins seront négociés à compter de dimanche soir sur le Chicago Board Options Exchange, puis plus tard ce mois-ci sur les plateformes du groupe CME.

Certains investisseurs sont de plus en plus convaincus du potentiel des bitcoins. Conséquemment, la valeur de la monnaie virtuelle a explosé depuis un an, passant d’environ 1000 $ US en janvier à plus de 17 000 $ US ces jours-ci. Elle a fait un bond de plus de 5000 $ US depuis deux jours.

Le bitcoin est une monnaie virtuelle indépendante d’une banque ou d’un gouvernement. Elle permet à ses utilisateurs de dépenser quasiment en tout anonymat. Un bitcoin est créé quand un utilisateur le « mine » en partageant les ressources de son ordinateur pour valider les transactions des autres. L’utilisateur reçoit des bitcoins en retour. Le bitcoin peut aussi être acheté et vendu avec des dollars américains ou d’autres monnaies.

Le bitcoin est essentiellement une ligne de code informatique qui est validée numériquement chaque fois qu’elle passe d’un utilisateur à un autre. Les transactions peuvent rester anonymes, ce qui rend le bitcoin très populaire auprès des libertariens, des amateurs de technologies, des spéculateurs — et des criminels.

Un réseau d’utilisateurs sophistiqués appelés « mineurs » veille à l’intégrité du système en contribuant sa puissance informatique à une chaîne de blocs, soit un recueil mondial en temps réel de toutes les transactions en bitcoins. Cette chaîne de blocs empêche des individus malhonnêtes de dépenser le même bitcoin deux fois, et les mineurs reçoivent un bitcoin de temps en temps pour récompenser leur contribution. Tant que les mineurs veillent à l’intégrité de la chaîne de blocs, aucune contrefaçon ne devrait se produire.

QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT LE BITCOIN

Voici quelques questions et réponses concernant le bitcoin.

Comment fonctionne le bitcoin ?

Le bitcoin est une monnaie virtuelle indépendante d’une banque ou d’un gouvernement. Elle permet à ses utilisateurs de dépenser quasiment en tout anonymat. Un bitcoin est créé quand un utilisateur le «mine» en partageant les ressources de son ordinateur pour valider les transactions des autres. L’utilisateur reçoit des bitcoins en retour. Le bitcoin peut aussi être acheté et vendu avec des dollars américains ou d’autres monnaies.

-----------------

Combien vaut un bitcoin ?

La valeur d’un bitcoin est passée de moins de 1000 $ US au début de l’année à plus de 17 000 $ US cette semaine, selon le site coindesk.com. La valeur d’un bitcoin peut toutefois fluctuer grandement. Plus tôt ce mois-ci, la valeur du bitcoin a plongé de 22 pour cent face au dollar américain en seulement trois jours. Elle a pris plus de 5000 $ US depuis deux jours.

-------------------

Pourquoi le bitcoin est-il populaire ?

Le bitcoin est essentiellement une ligne de code informatique qui est validée numériquement chaque fois qu’elle passe d’un utilisateur

à un autre. Les transactions peuvent rester anonymes, ce qui rend le bitcoin très populaire auprès des libertariens, des amateurs de technologies, des spéculateurs - et des criminels.

-------------------

Est-ce que c'est vraiment anonyme ?

Jusqu’à un certain point seulement. Les transactions et les comptes peuvent être retracés, mais l’identité des propriétaires des comptes pourra demeurer secrète. Les enquêteurs pourront en revanche possiblement les identifier quand la monnaie virtuelle sera convertie en argent réel.

--------------------

Qui utilise le bitcoin ?

Certaines entreprises ont réagi à la couverture médiatique en adoptant le bitcoin. Overstock.com, par exemple, accepte d’être payé en bitcoins, et le groupe CME a annoncé en octobre son intention de créer un marché à terme pour le bitcoin d’ici la fin de l’année, s’il peut obtenir les autorisations nécessaires. La popularité du bitcoin demeure pour le moment faible face à celle de l’argent et des cartes, et plusieurs individus et entreprises refusent de l’utiliser.

---------------------

Comment assure-t-on la sécurité du bitcoin ?

Le réseau du bitcoin fonctionne en exploitant l’avarice des gens pour le bien commun. Un réseau d’utilisateurs sophistiqués appelés «mineurs» veille à l’intégrité du système en contribuant sa puissance informatique à une chaîne de blocs, soit un recueil mondial en temps réel de toutes les transactions en bitcoins. Cette chaîne de blocs empêche des individus malhonnêtes de dépenser le même bitcoin deux fois, et les mineurs reçoivent un bitcoin de temps en temps pour récompenser leur contribution. Tant que les mineurs veillent à l’intégrité de la chaîne de blocs, aucune contrefaçon ne devrait se produire.

-----------------------

Qui a inventé le bitcoin ?

On ne le sait pas. Le bitcoin a été lancé en 2009 par un individu ou un groupe sous le nom «Satoshi Nakamoto». Le bitcoin a alors été adopté par un petit groupe d’enthousiastes. Nakamoto est disparu de la carte quand le bitcoin a commencé à attirer l’attention. Les adeptes de la monnaie virtuelle assurent que cela est sans importance, puisqu’elle est régie par sa propre logique interne. Un entrepreneur australien a affirmé l’an dernier être l’inventeur du bitcoin, mais quelques jours plus tard il a annoncé «ne pas avoir le courage» de le prouver.