Au lieu de haranguer la foule comme il l’avait fait auparavant, Jair Bolsonaro s’est contenté de faire un bref discours devant une caméra. Il est ensuite descendu de la rampe, aux côtés de sa fille Laura, 9 ans, pour saluer les manifestants, mais ne s’est pas approché à plus de deux mètres.
Au lieu de haranguer la foule comme il l’avait fait auparavant, Jair Bolsonaro s’est contenté de faire un bref discours devant une caméra. Il est ensuite descendu de la rampe, aux côtés de sa fille Laura, 9 ans, pour saluer les manifestants, mais ne s’est pas approché à plus de deux mètres.

Brésil: Bolsonaro prône le déconfinement devant des milliers de manifestants

AFP
Agence France-Presse
BRASILIA — Devant des milliers de manifestants venus le soutenir à Brasilia, le président brésilien Jair Bolsonaro a réitéré dimanche son discours anticonfinement alors que le nombre de cas de coronavirus explose dans son pays.

«La destruction des emplois de la part de certains gouverneurs est irresponsable et inadmissible. Nous allons payer le prix fort à l’avenir», a déclaré le chef de l’État lors d’une transmission en direct de la manifestation sur Facebook.

Au Brésil, les mesures de confinement sont du ressort des gouverneurs des États, qui les imposent localement, de façon de plus ou moins stricte.

La manifestation de dimanche à Brasilia a rassemblé une foule plus nombreuse que lors de ces dernières semaines, avec de nombreuses pancartes contre Rodrigo Maia, le président de la chambre des députés, ou Sergio Moro, ex-ministre de la Justice, qui a démissionné avec fracas la semaine dernière. D’autres réclamaient une «intervention militaire».

Mais contrairement aux manifestations précédentes, le président d’extrême droite -- qui ne portait pas de masque -- s’est maintenu à distance de ses partisans, depuis la rampe monumentale de sa résidence officielle du palais de l’Alvorada.

La manifestation de dimanche à Brasilia a rassemblé une foule plus nombreuse que lors de ces dernières semaines.

Au lieu de haranguer la foule comme il l’avait fait auparavant, Jair Bolsonaro s’est contenté de faire un bref discours devant une caméra. Il est ensuite descendu de la rampe, aux côtés de sa fille Laura, 9 ans, pour saluer les manifestants, mais ne s’est pas approché à plus de deux mètres.

«Le peuple est avec nous et l’armée est du côté de la loi, de l’ordre, de la liberté et de la démocratie», a-t-il affirmé.

Le quotidien Estado de S. Paulo, un des plus importants du pays, a relaté sur son site qu’un de ses photographes et son chauffeur avaient été agressés par des manifestants, qui les avaient poussés et leur avaient donné des coups de pied.

Le Brésil compte près de 100 000 cas de COVID-19 et plus de 6700 décès liés au virus, avec plus de 400 morts par jour depuis bientôt une semaine. La plupart des spécialistes considères que le pic de la pandémie est loin d’être atteint dans ce pays de 210 millions d’habitants aux dimensions continentales.

La manifestation de dimanche à Brasilia a rassemblé une foule plus nombreuse que lors de ces dernières semaines.