Photo satellite de l’État d’Amazonas, au Brésil, où brûlent de nombreux incendies de forêt

Bolsonaro insinue que des ONG provoqueraient des incendies de forêt

RIO DE JANEIRO — Une agence fédérale au Brésil a signalé une forte augmentation des incendies de forêt cette année et le président Jair Bolsonaro a laissé entendre mercredi que des organisations non gouvernementales pourraient avoir provoqué ces incendies pour le faire mal paraître.

L’Institut national de recherche spatiale du Brésil, une agence fédérale de surveillance de la déforestation et des incendies de forêt, a indiqué que le pays avait enregistré un nombre record d’incendies de forêt cette année, soit 74 155 en date de mardi, ce qui représente une augmentation de 84 % par rapport à la même période l’année dernière.

M. Bolsonaro est entré en fonction le 1er janvier.

«Peut-être — je ne l’affirme pas — que ces personnes d’ONG mènent actuellement des actions criminelles pour attirer l’attention sur moi, contre le gouvernement du Brésil», a déclaré M. Bolsonaro dans une vidéo publiée sur son compte Facebook. «C’est la guerre à laquelle nous sommes confrontés.»

Lorsque les journalistes lui ont demandé s’il avait des preuves, le président n’en a fourni aucune.

+

Le président du Brésil Jair Bolsonaro  à Brasilia, Brazil, mercredi

+

L’Amazonie touchée

Les États les plus touchés cette année sont le Mato Grosso, le Para et l’Amazonas — tous situés dans la région amazonienne —, où sont survenus 41,7 % des incendies.

M. Bolsonaro, qui a déjà menacé par le passé de retirer le Brésil de l’accord de Paris sur le climat, s’en est pris à plusieurs reprises à des organisations à but non lucratif oeuvrant dans le domaine de l’environnement. Le président voit leurs agissements comme des obstacles à sa quête pour exploiter le plein potentiel économique du pays, y compris dans les zones protégées.

M. Bolsonaro et le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, sont proches du puissant caucus rural au Parlement brésilien et réclament plus de développement et de possibilités économiques dans la région amazonienne, qu’ils considèrent comme étant excessivement protégée par la législation en vigueur.

Certaines ONG, des environnementalistes et des universitaires ont attribué aux politiques du gouvernement Bolsonaro la forte augmentation de la déforestation en Amazonie, comme le montrent les dernières données de l’institut de recherche spatiale.