Les militaires américains déployés à la frontière entre l’Arizona et le Mexique apporteront un soutien aérien, opérationnel, logistique et contribueront à la «construction d’infrastructures à la frontière».

Arizona: 225 militaires à la frontière mexicaine

LOS ANGELES — L'Arizona a envoyé lundi 225 soldats de sa Garde nationale à la frontière avec le Mexique par «mesure de sécurité», d'après un communiqué du gouverneur de cet État du sud-ouest des États-Unis, Doug Ducey.

«Des gardes sont en train d'être envoyés à la frontière pour améliorer les capacités des agents de la police fédérale des frontières afin d'améliorer le contrôle opérationnel de la région», explique ce communiqué, qui précise que les militaires déployés vont apporter un soutien aérien, opérationnel, logistique et vont contribuer à la «construction d'infrastructures à la frontière».

Doug Ducey a tweeté lundi des photos de lui en train de saluer les troupes et avec les shérifs de la région. Il a prévenu que plus de militaires seraient envoyés à la frontière mardi.

«Merci aux braves hommes et femmes de la Garde nationale d'Arizona déployés pour soutenir l'opération Guardian Shield. Vos efforts améliorent la sécurité des habitants d'Arizona et du pays», a-t-il tweeté.

«Nous devons continuer à collaborer avec les autorités locales, d'État et fédérales pour faire ce que Washington a échoué à faire depuis trop longtemps : sécuriser la frontière Sud», a encore tweeté le gouverneur.

Vendredi, le Texas avait déjà indiqué le déploiement de quelque 250 militaires sous 72 heures, au lendemain de l'annonce de l'envoi de milliers de soldats par Donald Trump pour endiguer l'immigration clandestine et le trafic de drogue.

Ce déploiement de la Garde nationale, qui est du ressort des gouverneurs, pourrait se faire sur une longue durée. Son coût est toujours en train d'être «examiné» par la Maison-Blanche, avait précisé le président américain.

Cette décision a exacerbé les tensions avec le Mexique, le président Enrique Peña Nieto jugeant que les «attitudes irrespectueuses ou menaçantes» de Donald Trump étaient injustifiées.

Le Mexique va réévaluer sa relation de coopération avec les États-Unis à cause des tensions «notoires» entre les deux pays sur la question migratoire, a annoncé lundi le chef de la diplomatie mexicaine Luis Videgaray.

Le président Trump avait vivement pris à parti les autorités mexicaines la semaine dernière après la diffusion d'un reportage télévisé sur une caravane d'environ un millier de migrants originaires d'Amérique centrale traversant le Mexique avec l'intention d'entrer illégalement aux États-Unis.

Corps de réserve de l'armée américaine, la Garde nationale est déjà intervenue à la frontière en 2010, sur ordre de Barack Obama, ainsi qu'en 2006-2008 sous George W. Bush. Chaque fois, le déploiement a duré environ un an.

Donald Trump a évoqué le déploiement de 2000 à 4000 hommes, soit environ le double de la présence américaine en Syrie et la moitié de celle en Irak.

La frontière américano-mexicaine s'étend sur plus de 3100 kilomètres, dont un millier dispose déjà d'un mur.