Mon lac, mon terrain de jeu

CHRONIQUE / L’hiver ouvre de nouveaux horizons et de nouvelles destinations lorsque les routes d’eau se transforment en routes de glace. Pour en profiter pleinement, je me lance le défi de faire les quatre traversées du lac Saint-Jean, en ski de fond, en fatbike, à la course et en kiteski, cet hiver. Si mon corps me le permet et si les dieux du Piékouagami sont cléments avec moi.

Il y a huit ans, je rencontrais fréquemment David Lecointre, mon ancien voisin sur le chemin Vallée, à Saint-Félicien, sur les glaces de la rivière Ashuapmushuan. On se croisait en ski, en vélo, à pied ou tracté par un cerf-volant. En discutant de l’offre de plein air hivernal sur les glaces du lac Saint-Jean, nous trouvions qu’il y avait encore beaucoup de travail à faire pour maximiser le potentiel de cet énorme terrain de jeu.

Le Double défi des deux Mario existait certes depuis quelques années, des motoneigistes et des pêcheurs profitaient aussi du lac, mais le Piékouagami avait beaucoup plus à offrir.

Surtout pour les locaux, car le meilleur terrain de jeu est souvent celui qui se trouve dans ta cour arrière. C’est l’endroit où on peut aller fréquemment pour se garder en forme. Et ici, au Lac, on a la chance d’avoir un terrain de jeu qui représente un défi en soi. Un défi de 32 kilomètres.

En 2014, ce même David Lecointre a lancé l’idée de traverser le lac en vélo, dans le cadre d’un défi personnel, à quelques amis. Puis, le jour venu, 21 cyclistes se sont présentés à Péribonka, dont deux monocyclistes, pour ce projet pilote. Six ans plus tard, le projet a bien évolué, étant désormais restreint aux fatbikes, et il est devenu un des événements phares dans le monde du fatbike, attirant plus de 300 participants sur trois jours, en provenance de six pays.

Au printemps, le lac Saint-Jean est aussi prisé par les adeptes de kiteski, qui viennent profiter du temps doux pour faire de longues traversées. Il y a trois ans, avec le club de kiteski Domaine-du-Roy, nous avons donc décidé d’offrir l’opportunité aux débutants et aux intermédiaires une traversée en kiteski. Le plan : faire une longue randonnée pour démontrer le plein potentiel du sport, lequel permet de voyager en étant tracté par le vent.

L’an dernier, la fondation Sur la pointe des pieds a testé un nouveau concept, les courses CRYO, une traversée du lac à la course... de nuit. Une expérience unique au monde qui deviendra probablement une course signature d’ici quelques années. Déjà, les organisateurs, qui comptaient accueillir une cinquantaine de coureurs, ont désormais près de 80 inscriptions pour la traversée de 32 km. D’ici quelques années, ils comptent en accueillir 500. Et avec la popularité des événements de course partout dans la province, la tendance semble vouloir leur donner raison.

Peu importe le moyen que l’on emprunte, c’est toujours le lac qui décide s’il te laissera traverser. Et chaque discipline présente ses difficultés. Étant donné que la traversée à la nage est inaccessible pour moi, j’ai décidé de me concentrer sur les défis hivernaux.

Plusieurs questions demeurent en suspens, car rien ne garantit que je serai en mesure de réaliser mon défi. Et c’est justement dans ces moments, quand on sort de sa zone de confort, qu’un défi prend tout son sens. Et même si je ne réussis pas à faire les quatre traversées, ce ne sera que partie remise.

Mon défi commence aujourd’hui, avec le Double défi des deux Mario. Au cours des trois prochains jours, je ferai ma première traversée du lac Saint-Jean en ski de fond, avec une quarantaine d’autres participants, dormant dans une tente à des températures qui glisseront sous les -20 °C. Une autre belle aventure réalisée par la fondation Sur la pointe des pieds, qui pilote des expéditions thérapeutiques pour les jeunes survivants du cancer.

J’ai justement accompagné la fondation lors d’une descente de la rivière Magpie en rafting, sur la Côte-Nord, en 2017. Au-delà de l’aventure physique dans une des plus belles rivières au monde, c’est surtout l’aventure humaine qui m’a marqué, alors que j’ai eu la chance de rencontrer des jeunes extraordinaires, qui, grâce à la nature, ont repris leur vie en main. Cette fondation fait de vrais petits miracles pour les jeunes et leurs familles.

Si vous voulez les appuyer, je vous invite d’ailleurs à contribuer à la collecte de fonds que je réalise dans le cadre des courses CRYO : www.pointedespieds.com/participant/guillaumeroy.

Pour la suite, je vous invite à suivre mes aventures dans les pages du Quotidien au cours de l’hiver ! À lire dès demain.