Moins d’éoliennes, autant de puissance

Le projet d’éoliennes Belle-Rivière de la Coopérative Val-Éo est appelé à changer au plan technique. Une résolution de contrôle intérimaire de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est permet de faire passer la hauteur maximale des éoliennes de 100 à 125 mètres, ce qui optimisera les performances du parc éolien attendu depuis plusieurs années.

« Le manufacturier Enercon nous propose les plus récentes éoliennes. Même si nous approchons de la maturité de cette technologie, il y a quand même une évolution qui se fait. Entre le modèle proposé en 2013 et ce qui sera disponible pour 2019, il s’est passé six ans d’évolution », précise le directeur général de la Coopérative Val-Éo, Patrick Côté.

La modification de la hauteur et du changement de technologie ont été acceptés par les élus à la suite de la confirmation qu’il n’y aurait pas de délai supplémentaire. Le message lancé par le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, est clair. « On a assez attendu. Les entrepreneurs et la MRC attendent. On veut que le projet conserve sa crédibilité » a-t-il précisé lors d’un entretien avec Le Quotidien.

Moins d’éoliennes
Le contrat liant le promoteur à Hydro-Québec est pour une capacité de production de 24 mégawatts. Ainsi, le projet initial comprend dix éoliennes de 2,35 mégawatts de puissance. La coopérative privilégie de nouvelles machines qui ont une puissance de 4 mégawatts. Ainsi, l’implantation de seulement six éoliennes dont le diamètre des pales est de 126 mètres serait nécessaire pour obtenir la même puissance exigée pour le contrat.

Devant un tel choix de machines, la configuration du parc éolien sera modifiée avec le retrait de quatre éoliennes dans la municipalité de Saint-Gédéon. Aucun retrait n’est prévu dans les autres municipalités. « En retirant des éoliennes du projet initial, on diminue les coûts de construction. Le projet devient plus rentable. On sera en mesure de bonifier les redevances aux municipalités. Même si Saint-Gédéon perd quatre éoliennes, elle recevra l’équivalent des redevances découlant de sept éoliennes », ajoute M. Côté.

Une rencontre destinée à la population est prévue, jeudi à 19 h, à l’hôtel de ville de Saint-Gédéon. Le promoteur, la Coopérative Val-Éo, y présentera une étude d’impact. Selon Patrick Côté, « les gens seront, à la fois, rassurés et satisfaits » par ce qui sera présenté. De son côté, la MRC tiendra une assemblée publique le 6 juin, une étape obligatoire lors de la modification d’un schéma d’aménagement.

Nombreux retards
Le projet de parc éolien est dans le paysage régional depuis près d’une décennie. En 2011, la coopérative a remporté l’appel d’offres pour un début de production prévu en décembre 2015. La même année, le projet a obtenu la bénédiction du gouvernement provincial alors que le décret était publié dans la Gazette officielle du Québec en juin. La construction du projet de 70 M$ devait débuter en 2016 pour ensuite être retardée à l’été 2017. Entre-temps, la coopérative s’est retrouvée face à des pénalités maximales de 480 000 $ découlant des retards du projet. À la suite de l’approbation finale de la MRC, la Coopérative Val-Éo pourra enfin procéder à la commande des éoliennes. Une construction est à prévoir au printemps 2019 pour le projet qui comprend 3,3 M$ de capitaux locaux.