gÈnÈral, politique, municipal, conseil de ville, Dominic Gagnon, PCS, JonquiËre PHOTO / Michel Tremblay- Le Quotidien

«Mission accomplie» pour Dominic Gagnon

Dominic Gagnon, chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), dit «mission accomplie», malgré le nombre de signataires insuffisants pour forcer la tenue d’un référendum contre le règlement d’emprunt pour les bacs bruns. Il espère que le nombre important de signatures fera bouger les choses auprès de la mairesse Josée Néron.

« Premièrement, c’est une victoire de la démocratie », s’est élancé Dominic Gagnon alors qu’il a été joint par Le Progrès, en fin de soirée vendredi.

« Les gens se sont exprimés, le message est passé. Il y a d’autres solutions, plus conviviales, plus écologiques, moins coûteuses qui sont disponibles et c’est ce que les gens veulent », a affirmé le chef du PCS.

Il a continué à vanter les mérites des autres options disponibles à la population. Selon lui, les citoyens ne sont pas contre le compostage, mais recherchent la meilleure solution, qui n’est présentement pas celle proposée par Saguenay. « Le tri robotisé de sacs de compostage semblerait être une meilleure option. Le bac brun est une solution archaïque, et qui a un taux d’efficacité de seulement 65 % dans les villes où il est adopté. Pour le tri robotisé, c’est 80 % », a-t-il indiqué. M. Gagnon ne croit pas que les gens veulent d’un troisième bac. Il espère aussi que Saguenay soutienne l’entreprise Gazon Savard, qui a investi dans la recherche et qui pourrait présenter dans les prochains mois une solution avantageuse.

M. Gagnon a conclu en disant que la mairesse n’était pas connectée avec ses citoyens. « Il y a un malaise plus profond, il y a vraiment une déconnexion entre la mairesse et les citoyens », a-t-il ajouté.

Association des contribuables
Mélanie Boucher, présidente de l’Association des contribuables de Saguenay, a révélé au Progrès qu’elle espère que le message est passé, pas seulement à la mairesse, mais aussi à tous les conseillers municipaux.

« Il ne faut pas faire l’erreur de penser que les gens ont signé contre le bac brun ou le compostage et croire qu’il serait suffisant de les éduquer là-dessus. Les gens ont signé parce qu’ils ont eu l’information que des solutions n’ont pas été étudiées lors des travaux de la commission.»

Elle et son conseil trouvent que le montant est trop important pour ne pas vérifier que toutes les solutions ont été envisagées. « Nous voulons des chiffres, on veut que le conseil municipal fasse son travail de nous représenter et qu’il prenne le temps de bien faire son travail », a-t-elle renchéri.

Elle a admis qu’elle croyait que s’il y avait eu un registre dans les arrondissements de La Baie ou de Jonquière, les résultats auraient été complètement différents.

Tout comme Dominic Gagnon, l’association croit fortement en la solution de Gazon Savard, et tient à ce qu’on lui donne de l’attention. « Si cette solution se révèle caduque, qu’on le dise et qu’on le définisse avec preuves à l’appui, sur la place publique », a demandé la présidente.