Mises en chantier: une première moitié d’année difficile

Les six premiers mois de l’année ont été difficiles en ce qui a trait aux mises en chantier d’habitations au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Contrairement à la province qui connaît son meilleur début d’année depuis 2010, la région enregistre une diminution de 27 % par rapport à la même période l’an dernier.

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a dévoilé mercredi le bilan des mises en chantier pour le premier semestre de 2019.

Au cours des six premiers mois de l’année, un total de 196 logements ont été mis en chantier. Le ralentissement des activités a touché tous les secteurs. Le secteur de l’unifamiliale enregistre une baisse de 28 % avec un total de 154 logements. Quatre logements en copropriété seulement ont été construits, ce qui représente une baisse de 67 % par rapport à l’an dernier. La situation n’est pas tellement plus rose du côté des logements locatifs où 38 mises en chantier ont été répertoriées, ce qui représente une diminution de 14 %.

Saguenay (-18 %), Alma (-28 %) et Saint-Honoré (-11 %) ont toutes été touchées par ce recul.

La valeur totale des permis de construction émis par les villes du Saguenay-Lac-Saint-Jean est aussi à la baisse avec 69,6 M$, ce qui représente une baisse de 12 % comparativement à la même période l’an dernier.

Le nombre de permis a lui aussi chuté. La construction de 311 logements a été autorisée, ce qui représente une diminution de 25 % par rapport à la même période l’an dernier.

Quant aux permis de rénovation, la valeur de ceux octroyés a connu une hausse de 6 % pour atteindre un total de 42,8 M$. De ce montant, 7 M$ concernent des travaux pour des immeubles locatifs, ce qui représente le double de l’an dernier à la même date.

Québec

Pour l’ensemble de la province, le nombre de mises en chantier dans les centres de 10 000 habitants et plus pour la première moitié de l’année s’est élevé à 21 081 logements, ce qui représente une augmentation de 9 % par rapport à la même période l’an passé. Il s’agit de la meilleure première moitié d’année pour la construction résidentielle depuis 2010.