Nancy Guillemette, députée de Roberval, et Éric Girard, député de Lac-Saint-Jean, accompagnaient le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette lors de son annonce lundi à Roberval.

Mieux accueillir les immigrants en région

Le ministère de l’Immigration ajoute trois nouveaux points de service et quatre nouveaux employés au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour favoriser le recrutement de travailleurs étrangers. À l’échelle de la province, le gouvernement investit 8,3 millions de dollars pour embaucher 111 nouvelles ressources, dont 75 % d’entre eux se retrouveront hors de l’île de Montréal.

En plus des points de service du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) qui étaient déjà en place à Roberval et à Saguenay, trois nouvelles antennes régionales voient le jour à Saguenay, à Jonquière et à Alma. De plus, quatre nouveaux employés se joignent aux deux personnes présentes sur le territoire.

« On souhaite donner priorité aux personnes immigrantes qui ont une offre d’emploi validée en région », a mentionné Simon Jolin-Barrette, le ministre du MIFI, lors d’une conférence de presse tenue à Roberval. Alors que 78 % de l’immigration se fait dans la région métropolitaine en ce moment, ce dernier estime qu’une meilleure répartition doit être faite, notamment pour combler les besoins de main-d’œuvre en région.

Au lieu d’utiliser une liste nationale pour traiter les demandes des immigrants, Simon Jolin-Barrette remarque que des listes régionales seront produites, ce qui permettra d’accélérer le traitement des dossiers. Pour les immigrants permanents, le gouvernement souhaite faire passer l’attente de 36 à 6 mois, souligne le ministre. En ce qui a trait aux immigrants temporaires, Québec souhaite rapatrier tous les pouvoirs, qui sont présentement partagés avec Ottawa, pour réduire les délais. « On souhaite qu’il y ait un déplafonnement du nombre [de travailleurs immigrants temporaires] par entreprise et d’augmenter la durée du permis de travail d’un à deux ans minimum », a-t-il dit. En leur offrant de bons services de francisation, les chances d’attirer et de retenir les talents, notamment en région, seraient améliorées, croit-il.

Luc Simard, préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Lucien Boivin, préfet de la MRc Domaine-du-Roy, Éric Girard, député de Lac-Saint-Jean. Nancy Guillemette, députée de Roberval, Simon Jolin-Barrette, ministre de l’Immigration et André Paradis, préfet de la MRC Lac-Saint-Jean Est.

« Les deux facteurs d’intégration les plus importants, c’est le fait d’occuper un emploi et de parler français », a ajouté le ministre pour justifier les importantes modifications au système d’immigration depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ. Le gouvernement estime qu’un pas de recul était nécessaire, et c’est pourquoi le MIFI a fait passer le nombre d’immigrants reçus annuellement de 52 000 à 40 000, une mesure qui permet de faire une meilleure adéquation avec le marché du travail, souligne Simon Jolin-Barrette.

La députée de Roberval, Nancy Guillemette, a pour sa part mentionné que l’ajout de nouvelles ressources permettra une meilleure intégration et meilleure rétention des travailleurs.

Avec les sommes investies dans la région, le MIFI comptera désormais deux conseillers en immigration régionale, qui accompagneront les entreprises pour dénicher les talents à l’international, et quatre agents d’aide à l’immigration, qui offriront un accompagnement personnalisé aux nouveaux arrivants autant dans leur parcours professionnel, administratif que familial, ainsi que pour la francisation. Ces postes, et les nouveaux bureaux du MIFI, seront intégrés aux bureaux de Services Québec.

Aide financière aux trois MRC du Lac-Saint-Jean

En plus d’investir à l’échelle provinciale, le ministre Simon Jolin-Barrette a fait l’annonce d’un investissement de 104 500 $ aux trois MRC du Lac-Saint-Jean, dans le cadre du programme Mobilisation-Diversité (PMD). Ces sommes ont permis la rédaction d’un guide pratique, destiné aux municipalités, visant l’accueil, l’inclusion et l’établissement durable des nouveaux arrivants.

« Ce guide pratique unique au Québec permettra aux municipalités d’être mieux outillées et d’être plus attractives », a mentionné Lucien Boivin, le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy.

De plus, une partie de l’argent octroyé aux MRC sera utilisée pour faire des missions de recrutement à l’étranger. Selon Josée Bouchard, la directrice générale de Portes ouvertes sur le Lac, un organisme d’accueil pour les immigrants, ces investissements ajoutent de nouvelles armes pour permettre à l’organisme de bien réaliser sa mission. « On veut convaincre davantage d’entreprises de se tourner vers l’immigration, tout en s’assurant que les nouveaux arrivants soient bien accueillis avec leur famille », a-t-elle mentionné, en soulignant les réussites vécues par les entreprises du milieu.

Elle cite en exemple l’entreprise Produits Gilbert, qui après avoir accueilli trois machinistes mexicains et leur famille, réalise des démarches d’immigration pour accueillir quatre autres travailleurs d’Afrique du Nord. En décembre prochain, trois entreprises du Lac-Saint-Jean, soit Jamec, Plomberie R. Morris et Garage Clément Hébert, partiront à Paris pour une autre mission de recrutement international.