La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a confirmé une aide financière de 450 000 $ au projet Zone boréale de la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint. Elle était accompagnée de ses collègues caquistes Éric Girard, Nancy Guillemette et François Tremblay. Le préfet Gérald Savard représentait le comité de sélection des projets et Frédéric Tremblay, du projet Zone Boréale, a donné les grandes lignes de ce projet de soutien aux entreprises du secteur agroalimentaire.

Mettre en valeur l'industrie agroalimentaire

Le Fonds d’aide au rayonnement des régions (FARR) accorde une subvention de 450 000 $ à la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour soutenir la démarche de la Zone boréale au cours des trois prochaines années et ainsi poursuivre ce projet de mise en valeur de l’industrie agroalimentaire régionale.

Le dévoilement de cette subvention a été fait en présence de la ministre des Affaires municipales et responsable de la région, Andrée Laforest, accompagnée des députés caquistes de Dubuc, Roberval et Lac-Saint-Jean. Il s’agit de l’annonce du dernier projet de la première vague des appels d’offres dans le cadre du FARR, affirme le président du comité de sélection des projets et préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard.

La ministre André Laforest a souligné l’importance de l’industrie agroalimentaire pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle croit important de supporter la mise en marché des produits issus de la transformation agroalimentaire, tant dans la région qu’à l’extérieur.

Le responsable de la Zone Boréale, Frédéric Tremblay, a expliqué que la subvention allait permettre de financer les activités de l’organisation, dont les salaires, ainsi que certaines interventions auprès des entreprises qui doivent mettre en marché des produits. Une démarche souvent onéreuse pour une entreprise qui doit faire sa place dans les grands points de vente, incluant les marchés d’alimentation.

« La Zone Boréale, c’est le même principe que la Gaspésie Gourmande. Nous disons que ce que nous faisons, ce n’est pas Made in China, mais Made in Saguenay-Lac-Saint-Jean », a résumé Frédéric Tremblay.

La région exporte aujourd’hui une grande partie de sa production agricole. À titre d’exemple, les fermes laitières produisent 120 millions de litres de lait par année et la consommation régionale est inférieure à ce volume. La production de céréales a augmenté de façon importante et il y a aujourd’hui dans la région un moulin à gruau dont la production est en bonne partie exportée vers les grands centres de consommation.

« Il y a aujourd’hui moins d’entreprises agricoles, mais la production a augmenté », signale Frédéric Tremblay.

La marque de commerce que la Zone boréale tente de développer dans le cadre de ses activités repose sur quatre éléments qui traduisent les particularités de ce secteur économique. Ces éléments sont le climat boréal, avec de longs hivers et un été court et chaud, les hommes et femmes passionnés qui œuvrent dans ce secteur, le savoir-faire unique basé sur la tradition et l’innovation et finalement, une offre de produits typiques, santé, fiables, savoureux et disponibles.

La région comprend une bonne concentration de produits dans les domaines du lait et de la viande. Ces deux aliments ont de moins en moins la cote avec la montée des régimes à base de végétaux. Frédéric Tremblay explique que devant ces changements, les entreprises doivent s’adapter pour être en mesure d’offrir aux consommateurs les produits qu’ils souhaitent retrouver sur leur table.

C’est ainsi que l’industrie laitière s’oriente vers la production de fromage et de yaourt alors que la production de céréales est en croissance. Le projet Zone boréale vise justement à aider l’industrie à s’adapter aux nouvelles réalités.