Métaux BlackRock: le projet continue de battre de l’aile

À défaut de trouver le financement nécessaire à la confection des plans d’ingénierie détaillés pour son projet d’usine de transformation de concentré de ferrovanadium à Grande-Anse, un projet de 843 M $, l’entreprise Métaux BlackRock continue de battre de l’aile, réduisant les chances que le chantier puisse ouvrir à l’été 2020 tel qu’annoncé.

En entrevue avec Le Quotidien afin de faire le point sur le développement du projet, Eva Carissimi, vice-présidente opérations du site métallurgique depuis avril 2019, explique que l’automne dernier, Métaux BlackRock avait annoncé qu’elle n’a pas encore complété le financement du projet, une situation qui n’a pas changé. « Je ne peux pas confirmer que le travail est complété. Ce n’est pas sous notre contrôle. Tant que le financement n’est pas complété, aucun contrat majeur d’ingénierie ne sera attribué », affirme la dirigeante.

Elle ajoute que le financement d’un projet d’une telle envergure, lequel vise la transformation de 830 000 tonnes de minerai, implique un grand nombre d’investisseurs. En dépit de la situation, Mme Carissimi affirme qu’il est difficile de conclure à cette étape-ci que le calendrier de réalisation sera de nouveau modifié.

Mme Carissimi fait partie de la nouvelle garde chez Métaux BlackRock après le départ en septembre dernier du président Jean Rainville, qui a été remplacé par Sean Cleary, au bureau torontois.

Mme Carissimi a expliqué qu’elle œuvre depuis une trentaine d’années dans le secteur métallurgique dans la transformation du cuivre, du nickel et du zinc. Elle a dirigé, entre autres, la plus grande usine de zinc de l’est de l’Amérique du Nord, au sein de CEZinc, qui a des installations à Salaberry-de-Valleyfield.

Joint par Le Quotidien, M. Rainville a mentionné que c’est un peu à contrecœur qu’il a décidé de quitter sa fonction de président, à l’âge de 65 ans, après avoir œuvré pendant plus de 11 ans au développement du projet. « Développer un tel projet demande de l’énergie folle. On n’a plus cette énergie. Ça prend du sang nouveau », a-t-il commenté.

Parmi la nouvelle garde s’est ajouté le nom de Yves Desrosiers, un métallurgiste de longue expérience.

M. Rainville occupe maintenant un poste de consultant auprès de Métaux BlackRock, tout en affirmant vouloir prêter main-forte à des entrepreneurs de la région ayant besoin d’aide. M. Rainville affirme qu’il devrait continuer d’effectuer tout de même des visites régulières au Saguenay–Lac-Saint-Jean.