Meilleure santé physique, moins bonne santé mentale

La santé physique des adolescents du Saguenay-Lac-Saint-Jean tend à s’améliorer, mais leur état de santé mentale se détériore.

L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) vient de présenter la deuxième édition de son Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) 2016-2017. Une portion des données se concentre sur les jeunes de la région qui ont été 4870 à être interrogés. 

L’enquête, qui avait été menée une première fois en 2010-2011, porte à la fois sur la santé physique et mentale, les habitudes de vie, l’environnement social et l’adaptation sociale des jeunes du secondaire.

« Des gains favorables à la santé des jeunes ont été réalisés au Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais la région fait aussi face encore à de nombreux défis », constate le Dr Donald Aubin, directeur de santé publique au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La santé mentale des jeunes retient particulièrement l’attention puisque la proportion d’élèves qui ont un niveau élevé de détresse psychologique est passée de 17 % à 26 %. De nombreux élèves affirment avoir reçu un diagnostic comme celui de l’anxiété (19 %), de la dépression (4 %) ou de TDAH (29 %). 

Les données sont plus encourageantes en ce qui concerne la santé physique des jeunes. 

Ils sont d’abord de moins en moins nombreux à faire usage des produits du tabac. Un total de 7 % des jeunes qui fréquentent les écoles secondaires de la région déclarent fumer sur une base plus ou moins régulière comparativement à 11 % en 2010-2011. 

En revanche, 23 % des jeunes de la région ont affirmé avoir utilisé une cigarette électronique au cours des 30 jours précédents l’enquête, un nombre beaucoup plus élevé qu’ailleurs en province (11 %). Plusieurs jeunes fument aussi des petits cigares et des cigarillos.

Alcool et drogues 

La proportion de jeunes qui ont consommé de l’alcool de façon excessive (cinq consommations ou plus au cours d’une même occasion au moins une fois dans l’année précédant l’enquête) est passée de 54 % en 2010-2011 à 49 % en 2016-2017. Le nombre de jeunes ayant déclaré avoir consommé du cannabis a aussi chuté, passant de 30 % à 20 %. Les chiffres s’améliorent, mais demeurent nettement plus élevés que pour l’ensemble du Québec où 34 % des jeunes ont consommé de l’alcool de façon excessive et 18 % ont consommé du cannabis. 

Activité physique et alimentation

Les jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont un peu plus actifs que les jeunes de l’ensemble du Québec. En 2016-2017, 34 % des jeunes de la région étaient actifs physiquement dans leurs loisirs et déplacements comparativement à 32 % au Québec. Le nombre de jeunes sédentaires (21 %) est comparable à celui de l’ensemble de la province.

Un recul est toutefois enregistré en matière d’alimentation. La proportion de jeunes de la région qui respectent les recommandations du Guide alimentaire canadien concernant le nombre de portions de légumes et de fruits a diminué depuis 2010-2011, passant de 31 % à 24 %.

Violence et problèmes de comportement

La majorité des indicateurs liés à la violence à l’école ou sur le chemin de l’école démontrent que la situation s’est améliorée. Deux problématiques n’ont cependant pas changé ; 6 % des élèves de la région sont toujours victimes de cyberintimidation et 5 % des jeunes de 14 ans et plus ont déclaré avoir été forcés à avoir une relation sexuelle contre leur gré.

Au cours des prochains mois, les résultats de l’enquête seront analysés par les professionnels en surveillance de l’état de santé de la population pour faire ressortir des constats.

Les données permettront d’ajuster les plans d’action et d’intervention visant à améliorer la santé et le bien-être des jeunes.