Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Valentina Buttó est bien impliquée dans son nouveau milieu, qu’elle a choisi, par ses différentes recherches sur les forêts boréales.
Valentina Buttó est bien impliquée dans son nouveau milieu, qu’elle a choisi, par ses différentes recherches sur les forêts boréales.

Médaille du Gouverneur général: deux étudiantes de l’UQAC honorées

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Deux étudiantes de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ont reçu les grands honneurs pour l’excellence de leur dossier académique. Valentina Buttó, étudiante au doctorat en sciences de l’environnement, a obtenu la médaille d’or du Gouverneur général du Canada, tandis que Myriam Lapointe, étudiante au baccalauréat en génie civil, a reçu la médaille d’argent. Ce sont les plus hautes distinctions que peuvent recevoir les étudiantes dans des universités canadiennes.

La médaille d’or est remise à l’étudiant qui obtient les meilleurs résultats au cycle supérieur. Un long processus de sélection doit être passé par l’étudiant, lequel comprend une entrevue en plus de la rédaction d’une pensée critique sur son domaine d’études. Pour les cycles supérieurs, l’ampleur et la qualité de l’implication dans le milieu scientifique sont également prises en compte.

Valentina Buttó est une étudiante de 30 ans, arrivée au Québec en 2016. Native de Sicile en Italie, l’étudiante a choisi l’UQAC pour son doctorat en sciences de l’environnement. L’étudiante vient de réaliser son dépôt final.

Passionnée par la nature, Valentina a réalisé dans le passé une maîtrise en environnement et en foresterie, en Italie, et cherchait à s’inscrire au doctorat. Les recherches d’un groupe de chercheurs de l’UQAC l’intéressaient particulièrement.

« Ce qu’on fait ici, c’est très particulier, parce qu’on étudie la croissance des arbres, avec les cellules du bois, à résolution très très fine. C’est très spécial, parce qu’il n’y a pas beaucoup de recherches sur ça, et ça permet de comprendre comment les arbres poussent, comment leur dynamique de développement des cellules influence les caractéristiques du bois, etc. », explique la sympathique jeune femme qui ne parlait pas beaucoup le français avant son arrivée, mais qui parle maintenant la langue fluidement, lors d’un entretien par visioconférence avec Le Progrès.

Elle comparait les forêts européennes à des jardins, alors que tout est aménagé, tandis que les forêts d’ici sont intactes et permettent d’étudier l’impact des interventions humaines sur les forêts.

La doctorante était aussi très motivée à travailler pour un établissement qui met de l’avant les collaborations internationales. Après un séjour en Sibérie et un autre en France, Valentina connaît les bienfaits de travailler avec des groupes de partout dans le monde.

Être reconnue comme membre de la communauté

Pour Valentina, recevoir la médaille d’or du Gouverneur général est de prime abord une belle reconnaissance de la communauté universitaire.

« J’ai choisi d’être ici. J’ai eu la possibilité de réaliser ce que je voulais faire ici et d’être reconnue comme membre actif de la communauté scientifique, c’est une belle reconnaissance. Que mon apport ait eu de la valeur aux yeux de la société que j’ai choisi de rejoindre, c’est pour moi extrêmement bon et ça me fait sentir chez moi. J’ai choisi mon chez-moi et il m’a reconnu comme membre de sa communauté », laisse-t-elle tomber.

Elle avoue avoir été très touchée par cet honneur. En plus d’excellents résultats scolaires, la jeune femme a publié trois de ses quatre chapitres dans des journaux scientifiques et le dernier est dans le processus pour l’être, dont la prestigieuse revue The Phytologist.

La jeune femme ne compte pas s’arrêter là et planche d’ailleurs déjà sur son postdoctorat, qui portera sur les facteurs qui influencent la collecte de l’eau d’érable et la croissance de l’arbre.

Au-delà de la réalité académique, Valentina est aussi impliquée dans d’autres projets, comme celui de Symphonies boréales, où elle agit à titre d’illustratrice et consultante scientifique. Donc, elle tient à rester dans la région ou au Québec pour continuer de participer aux nombreux projets qui la tiennent occupée.