Avant la séance de consultation publique, les conseillers Kevin Armstrong et Simon-Olivier Côté, qui entourent le directeur du Service de développement durable et d’environnement de Saguenay, Denis Bernier, ont posé avec divers items discutés. On voit notamment un exemple de sacs de récolte de résidus verts ( au sol devant), un exemple de petit bac pour la cuisine (dans les mains de Kevin Armstrong) et un bac brun de 240 litres.

Matières organiques: le bac ou le sac?

Les citoyens de Saguenay ont jusqu’au 26 mars pour se faire entendre. Le choix est clair : pour la collecte des matières organiques, ce sera le bac avec tri à la source ou le sac avec tri à la source.

C’est ce qui ressort de la première de deux soirées de consultation publique tenues par le Service de développement durable et d’environnement de Saguenay.

Le directeur de ce service, Denis Bernier, tout comme le président de la commission du même nom, Simon-Olivier Côté, étaient là pour communiquer à la population l’ensemble des choix possibles. Le conseiller Kevin Armstrong était de la partie également.

Près d’une quarantaine de citoyens étaient présents, dont certains adeptes qui font du compost par eux-mêmes depuis quelques années.

Denis Bernier a présenté trois options, mais en a rejeté une d’emblée. L’utilisation d’un procédé de prétraitement mécano-biologique a été étudiée. Il s’agirait de récolter les matières sans aucun tri à la source au travers des ordures ménagères. Toutefois, ce procédé ne permettrait pas de produire du compost de qualité suffisante, ce qui est une condition essentielle établie par Saguenay.

Le bac

Pour ce qui est de l’option du bac brun, elle se traduirait par l’achat par Saguenay d’environ 71 000 bacs de 240 litres qui seraient distribués aux citoyens. Ces derniers feraient un tri à la source, à l’aide notamment d’un petit bac pour la cuisine. Cette façon de faire impliquerait cependant l’ajout de 39 passages par année de camions pour la collecte de matières organiques. Cette augmentation serait compensée en partie par la diminution de moitié de la collecte des ordures, soit les bacs verts, qui ne se ferait qu’une fois par mois, avec une collecte additionnelle en décembre. Le coût d’acquisition des bacs est évalué à 5 M$, dont le tiers serait remboursé par Québec.

Le sac

La troisième et dernière option est celle du sac qui serait distribué aux citoyens. Les matières organiques seraient alors récoltées dans un sac de plastique (dont le choix n’est pas arrêté) déposé à même le bac vert. Ce dernier serait alors ramassé automatiquement au centre de traitement à l’aide d’un « bras préhensible automatisé », tel que l’a nommé Denis Bernier mercredi. Il s’agit du même procédé dont faisait la promotion le candidat du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, lors de la dernière campagne électorale, lorsqu’il parlait d’un robot. Il faisait alors référence à une compagnie de Trois-Rivières, Waste Robotics, qui le testait à Québec. Visiblement, cette alternative a cependant été mieux détaillée lors de la séance de consultation. Cette option garderait le même nombre de passages de camions pour les collectes, mais impliquerait l’ajout d’équipements au coût de 1 M$ l’unité. 

25 $

Le coût des deux options disponibles a été évalué à environ 25 $ par unité d’habitation, par année. Il est basé sur un amortissement sur vingt ans. Le coût de la deuxième partie, le traitement, sera dévoilé la semaine prochaine lors d’une deuxième soirée de consultation qui aura lieu mercredi à 19 h à l’hôtel de ville de Saguenay. Elle portera plus spécifiquement sur le traitement des matières après leur collecte. À plusieurs reprises lors des questions du public, Denis Bernier avait envie de dévoiler des informations, mais il a gardé la primeur pour la semaine prochaine. 

En entrevue avec Le Quotidien après la séance, Simon-Olivier Côté a indiqué qu’une décision devrait être prise par les élus d’ici la fin avril. Cette décision se basera non seulement sur les mémoires et les séances de consultation, mais également sur tout le débat public qui sera lancé. « On va prendre en considération l’ensemble de l’œuvre. L’important, c’est de créer une opinion publique », a exprimé le conseiller. Quant aux mémoires, ils seront acceptés jusqu’au 26 mars.

Simon-Olivier Côté s’est aussi engagé à ce qu’une publication de la Ville fournisse publiquement des avantages et inconvénients des deux options, tels qu’établis par l’équipe de M. Bernier.

Déchets verts

Une seule décision finale a été annoncée mercredi soir. Il y aura à compter du printemps une collecte des déchets verts (branches, gazon, résidus de jardin) à Saguenay. Les camions (dont le contrat sera donné en appel d’offres) passeront deux fois au printemps et trois fois à l’automne. Les sacs en papier bruns, vendus en quincaillerie, seront le seul type accepté lors de la collecte. « J’ai besoin de ces matières-là pour faire du compost de qualité », a expliqué Denis Bernier. Elles entreront dans la confection du compost, qui sera expliqué plus en détails la semaine prochaine.