La RMR du Lac-Saint-Jean et la MRC du Fjord-du-Saguenay ont annoncé l’implantation d’un service de collecte de matières organiques sur leur territoire.

Matières organiques: entente entre la RMR du Lac-Saint-Jean et la MRC du Fjord-du-Saguenay

La Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean et la MRC du Fjord-du-Saguenay ont annoncé mercredi, par voie de communiqué, avoir convenu d’une entente afin d’implanter un service de collecte de matières organiques sur leur territoire.

Le service sera effectif dès l’automne 2020, moment où la collecte des matières organiques sera obligatoire pour l’ensemble des municipalités du Québec. L’entente permettra d’acheminer les matières organiques des 13 municipalités de la MRC du Fjord-du-Saguenay vers deux plateformes de traitement et de revalorisation situées à Hébertville-Station et à Dolbeau-Mistassini.

La construction des plateformes se fera l’été prochain. Quelque 17 000 tonnes de matières organiques y seront traitées et transformées annuellement, entraînant 8 000 tonnes de compost. L’engrais produit sera redistribué gratuitement auprès de la population par le biais des écocentres de la RMR du Lac-Saint-Jean.

« Le plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 de la MRC du Fjord-du-Saguenay prévoit de mettre en oeuvre la collecte, le traitement des matières organiques et la mise en valeur des extrants. Différents scénarios ont été analysés concernant le traitement des matières organiques. La position retenue est un partenariat avec la RMR. Ainsi, la MRC a choisi d’opter pour une vision à long terme et de miser sur l’efficacité en s’associant aux services et à l’expertise de la RMR du Lac-Saint-Jean pour assurer la mise en place du service et de la gestion du traitement des matières organiques sur son territoire », a déclaré Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay.

Le projet représente un investissement de 13,5 M$. La MRC du Fjord-du-Saguenay contribuera à la construction des plateformes à la hauteur de 1,1 M$ et investira 700 000 $ pour l’achat de bacs bruns et la mise en place du service sur son territoire. La RMR est responsable du reste du montant.

Pour André Paradis, maire de Saint-Henri-de-Taillon, préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et membre du conseil d’administration de la RMR, l’entente est un bel exemple de concertation entre les MRC. « Nous avons vu une opportunité de les accueillir et nous étions en mesure de le faire sans nuire aux structures déjà en place. Pour la MRC du Fjord-du-Saguenay, ça [résout] un problème et c’est un beau modèle de collaboration. »

M. Paradis indique qu’une stratégie est sous analyse afin que le transport des matières cause le moins de gaz à effet de serre possible.