La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a rencontré Le Quotidien en compagnie du directeur du Service du développement durable et de l’environnement de Saguenay, Denis Bernier.

Matières organiques: bientôt une consultation

Dans le cadre d’une consultation publique qui se tiendra à la fin février ou en mars, les fonctionnaires du Service du développement durable et de l’environnement de Saguenay présenteront à la population l’ensemble des solutions envisagées pour le traitement des matières organiques.

C’est ce qu’a annoncé le directeur du service, Denis Bernier, qui a rencontré Le Quotidien en compagnie de la mairesse Josée Néron à son bureau mardi en fin d’après-midi.

« On va le présenter à la population. On veut regarder la situation dans son ensemble et voir si on peut créer de la valeur », a-t-il indiqué, concernant le plan global sur la gestion des matières organiques. Il sera alors possible pour la population de déposer des mémoires.

La décision sur le moment de cette consultation sera prise jeudi lors d’une rencontre de la commission du Développement durable et de l’environnement présidée par le conseiller Simon-Olivier Côté. 

Denis Bernier a expliqué que le seul paramètre qu’il avait imposé à son équipe était de viser du compost de qualité A.

Promotion Saguenay

Le directeur du service était en appui à la mairesse pour donner des précisions dans la foulée de la décision de la nouvelle administration de Saguenay d’annuler une décision de l’ancien comité exécutif. Saguenay a retiré à Promotion Saguenay la gestion des biogaz émis à l’ancien site d’enfouissement de Laterrière. Autrefois, une coentreprise avait été créée avec Gazon Savard pour brûler à la source ces émanations, comprenant une large part de méthane, un gaz à effet de serre 21 fois plus nocif que le CO2. « Il existait un protocole entre Promotion Saguenay et la Ville qui a pris fin en 2013. Entre 2013 et 2017, le dossier a été mis de côté. En 2017, à la dernière réunion de l’ancien comité exécutif, ils avaient renouvelé le protocole pour que Promotion Saguenay reprenne le lead. On a plutôt décidé d’abroger la résolution et de redonner le dossier à M. Bernier et son équipe », a expliqué Mme Néron, qui a néanmoins félicité la création de ce service par l’ancienne administration en avril 2016. 

Le brûlage des gaz est donc stoppé depuis la fin d’un programme gouvernemental qui payait pour chaque tonne d’émission sauvée. Le programme s’est terminé à la fin de 2012 et n’a pas été renouvelé, malgré les demandes de l’époque. Selon la compréhension de Josée Néron, les revenus obtenus de Québec restaient dans les coffres de Promotion Saguenay. Québec aurait payé environ 500 000 $ par année pendant cinq ans. La répartition de la somme au sein de la coentreprise n’est pas connue. Toutefois, des municipalités de la MRC du Fjord-du-Saguenay devaient recevoir environ 10 % des revenus, avait-il été avancé avant la signature de l’entente. 

« On a fait des études pour redémarrer les équipements. On a des obligations de traiter les matières organiques. On a eu une réduction des redevances à l’enfouissement », a expliqué M. Bernier. Ce manque à gagner représenterait environ 150 000 $ par année selon Mme Néron.