Gilbert Dominique entend proposer à son Conseil de bande de suivre l'exemple de Christian Awashish et ses troupes en bannissant les vendeurs de drogue de la communauté pour une période de 60 mois.

Mashteuiatsh veut lutter contre le trafic de stupéfiants

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, salue l'initiative de la communauté d'Obedjiwan en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants. Il entend proposer à son Conseil de bande de suivre l'exemple de Christian Awashish et ses troupes.
Obedjiwan mène actuellement des séances d'information pour bannir les vendeurs de drogue de la communauté pendant une période de cinq ans après leur condamnation.
L'idée sera soumise à la population lors d'un référendum qui aura lieu le 16 novembre.
signal clair aux trafiquants
«Il faut prendre les grands moyens pour enrayer la terrible problématique entourant la vente de drogue dans nos populations. Nous devons envoyer un signal clair aux trafiquants. J'entends ramener la discussion avec mes collègues. Ce n'est plus tolérable. C'est trop dévastateur, notamment, auprès des jeunes», affirme M. Dominique.
En 2005, Mashteuiatsh a adopté une résolution qui allait un peu dans la même veine. Toutefois, elle ne s'applique pas d'office lorsqu'un membre de la bande est en instance judiciaire ou coupable de trafic de drogue.
C'est un juge qui décide si oui ou non le citoyen de la communauté doit être exclu du territoire de Mashteuiatsh. «Lorsqu'un individu est interpellé comme vendeur et qu'il est accusé, nous remettons notre résolution au procureur qui la transmet au juge, à l'intérieur de laquelle nous demandons l'expulsion. À ma connaissance, c'est arrivé une fois où une personne a été expulsée pendant deux ans», poursuit le chef.
Nouvelle étape
«La démarche d'Obedjiwan nous inspire. J'entends vérifier si nous devons aller plus loin et franchir une nouvelle étape qui ferait en sorte que le citoyen serait exclu automatiquement et que ça ne serait pas au juge de décider. Il est fondamentalement important de livrer une bataille de tous les instants contre les vendeurs de drogue. Ils causent des préjudices parfois irréparables.»
À Obedjiwan, la motion des élus est d'expulser toute personne reconnue coupable de vente de stupéfiants pendant 60 mois après sa condamnation.