Mashteuiatsh s’agrandit vers la route 169

Jadis enclavée sur une pointe de terre sans accès direct à la route régionale, Mashteuiatsh vient de franchir une étape importante pour officialiser l’agrandissement de son territoire de 1,2 km2 en vendant les terres acquises au gouvernement fédéral, pour qu’elles deviennent des terres de réserve.

« L’agrandissement de la réserve va permettre de développer une route qui va lier Mashteuiatsh directement avec la 169, note Charles-Édouard Verreault, vice-chef aux relations avec les Premières Nations et les gouvernements et conseiller désigné au territoire. Ça fera une belle vitrine pour la communauté et créera des opportunités de développement pour des commerces et industries. »

Alors que Roberval couvre une superficie de 200 km2, la communauté de Mashteuiatsh est enclavée sur un territoire de 15 km2, sans accès à la route régionale. Pour développer ces activités, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan planche sur un projet d’agrandissement depuis plusieurs années. En 2009 et 2010, le conseil de bande a d’ailleurs fait l’achat de cinq lots, d’une superficie de 1,2 km2, acquis de gré à gré avec les propriétaires robervalois.

Les terres achetées se trouvent sur une largeur d’environ 800 m, entre le haut de la côte du Cran, entre Saint-Prime et Roberval, et la boutique du Refuge animal.

D’ici quelques années, une route reliera le parc industriel de Mashteuiatsh, où l’on trouve présentement la vitrine technologique de Biochar boréalis, et la route régionale. « Nous n’avons pas d’échéancier établi, parce qu’on va maintenant devoir faire des recherches de financement pour bâtir cette route », note M. Verreault.

N’empêche qu’une étape bureaucratique importante a été franchie le 10 octobre dernier, lorsque le gouvernement fédéral a officiellement pris possession des terres, dans le cadre du processus légal d’ajout aux terres de réserve.

« Nous entamerons la modification du plan de zonage pour inclure cette nouvelle portion comme zone industrielle et commerciale », a ajouté M. Verreault, qui souhaite que le transport lourd emprunte cette future route.

La prochaine et dernière étape du processus consiste à obtenir un décret du gouverneur en conseil pour que les lots deviennent véritablement terres de Mashteuiatsh. Le processus d’ajout aux terres de réserve n’a pas de lien avec la négociation du traité. Il s’agit d’un processus distinct au Canada qui est encadré par une politique fédérale. Au cours des prochaines années, Mashteuiatsh aimerait faire l’acquisition d’autres terres de gré à gré si des propriétaires sont intéressés à vendre. La communauté ne fait toutefois pas de démarches actives en ce sens en ce moment.