Mashteuiatsh mise sur la communication

Devant gérer la situation liée à la crise sanitaire au sein de la communauté de Mashteuiatsh, le chef du conseil de bande Clifford Moar souhaite miser sur une bonne communication afin de tenir la population informée.

« La chose qui est importante, c’est la communication. On a un comité local de surveillance pour évaluer la progression de la situation. On a aussi établi une ligne de communication plus directe avec les gens des gouvernements et maintenant, on a des bonnes communications avec les deux paliers de gouvernement. »

Le chef Moar assure que toutes les mesures préventives sont mises en place au sein de sa communauté afin de réduire les risques de propagation.

« Depuis que l’on a appris la situation, on a mis en place des mesures préventives par le plan de mesures d’urgence que l’on a ici. On coordonne nos efforts avec toutes les instances publiques et il y a un travail remarquable ici qui se fait avec notre administration publique. Nos écoles sont fermées, le service de garde aussi, et on a annulé les événements publics. On mise beaucoup sur le télétravail, mais on garde nos services essentiels. »

De plus, il rappelle qu’il est du devoir de tout le monde de se tenir informé et que le Conseil de bande utilise toutes les plateformes mises à sa disposition pour maintenir le canal de l’information le plus ouvert possible.

« On demande aux gens de se tenir informés via notre site web ou notre page Facebook. On a aussi notre radio locale CHUK 107,3 FM. »

Les aînés

Le chef du conseil de bande le sait très bien, la COVID-19 met à risque les membres les plus âgés de Mashteuiatsh. La situation n’est pas toujours évidente à gérer pour tout le monde, car cela cause quelques inconvénients pour certains.

« Ce qui a été le plus dur, et ça s’est passé à notre centre pour les personnes âgées, on a dû interdire les visites. Il faut savoir que dans notre culture, le lien est très fort entre les anciens et leurs familles, mais pour des raisons de prévention, on en a décidé ainsi. »

Aux aînés s’ajoutent les personnes avec un système immunitaire plus fragile, comme ceux qui souffrent du diabète. Le chef de Mashteuiatsh lance un appel à tous. « Présentement, on répond aux besoins, mais si la crise devient plus intense, on va avoir besoin de nouvelles ressources humaines. On est entré en contact avec les gens du CIUSSS pour avoir du personnel supplémentaire au cas où. »

En terminant, il renforce le message lancé plus tôt par le docteur Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique. « On demande aux gens de rester le plus possible à la maison et de se laver les mains et encore de se laver les mains. Les directives sont claires ! Il faut les suivre, car c’est quelque chose d’assez unique que l’on vit présentement », indique-t-il.

Centre d’amitié autochtone

Pour les Autochtones vivant en milieu urbain, la directrice générale du Centre d’amitié autochtone du Lac-Saint-Jean, Mélanie Boivin, se disait préoccupée de la situation, et elle considère que c’est une tranche de la population qui est plus vulnérable.

Le Centre est actuellement fermé à la clientèle, mais elle assure que son équipe n’est pas en congé, mais que chacun travaille plutôt de la maison.