Mashteuiatsh: deux ententes financières majeures

Le conseil de bande de Mashteuiatsh a conclu deux importantes ententes financières, jeudi. La première, avec Services aux Autochtones Canada, permettra à la communauté innue une plus grande autonomie financière dans la gestion des fonds octroyés à la communauté, alors que la seconde, signée avec les gouvernements du Québec et du Canada, concerne le financement du service de police de Mashteuiatsh jusqu’en 2023.

Grâce à une bonne gestion financière et à l’application de normes rigoureuse, la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh est une des premières au Canada à signer une entente d’une durée de 10 ans avec le ministère Services aux Autochtones Canada, ce qui constitue une avancée majeure pour la communauté.

Cette entente, qui concerne le financement des programmes et services de la communauté, permettra notamment d’obtenir des subventions à plus long terme, soit 10 ans au lieu du maximum de cinq ans auparavant. De plus, l’entente offre une plus grande souplesse dans la gestion des sommes octroyées, qui pourront même être conservées lorsqu’inutilisées.

« Nous avons une administration publique compétente et motivée et nous sommes fiers du travail accompli pour en arriver à un tel aboutissement aujourd’hui, a mentionné le conseiller désigné Relations humaines et administration, Stacy Bossum. Cette entente est un pas de plus vers une plus grande autonomie pour la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh. »

En 2013, le Conseil de bande avait notamment adopté une Loi sur l’administration financière, qui resserrait les règles comptables, pavant ainsi la voie à la signature de l’entente dévoilée jeudi.

Selon la directrice générale Christine Tremblay, cette entente permettra également de réduire la lourdeur administrative, car son administration devra fournir 15 rapports cette année au lieu de 52 exigés l’an dernier pour le même nombre de projets. « Cette entente comporte aussi des obligations de transparence envers notre population, de reddition de comptes et de saine gouvernance des fonds publics », a-t-elle ajouté.

Pour l’année financière 2019-2020, le financement provenant du gouvernement du Canada est de 30 652 816 $, un montant qui exclut le service de police ainsi que des ententes portant sur l’éducation.

Entente de cinq ans sur les services de police

En plus de l’entente avec Services aux Autochtones Canada, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan a également paraphé une entente de cinq ans avec les gouvernements fédéral et provincial pour les services de police. Pour l’année 2018-2019, ce montant s’élève à 1,7 million de dollars, ce qui représente une hausse de 35 % par rapport à l’année précédente. Une indexation annuelle de 2,75 % est ensuite prévue jusqu’en 2023.

Même si cette entente est bien reçue, elle laisse un goût amer pour les élus de Mashteuiatsh, car aucune indexation n’avait été faite depuis 2008. Selon Charles-Édouard Verreault, le vice-chef et conseiller désigné à la Sécurité publique, les besoins réels de la communauté nécessiteraient des sommes supplémentaires. « Nous signons cette entente aujourd’hui, mais nous allons poursuivre nos démarches et nos interventions pour convaincre le Canada et le Québec de la justesse de nos demandes », a-t-il mentionné.

Ainsi, Mashteuiatsh maintient sa poursuite de 1,6 million de dollars intentée en 2017 envers les deux paliers de gouvernement, afin de récupérer un déficit accumulé depuis 2009, car le financement des services était gelé alors que les coûts du service de police continuaient d’augmenter. Une plainte logée à la Commission canadienne des droits de la personne en 2016 est également maintenue.