Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les différents matériaux utilisés pour la fabrication d’outils témoignent d’un mode de vie nomade.
Les différents matériaux utilisés pour la fabrication d’outils témoignent d’un mode de vie nomade.

Mashteuiatsh: des preuves d’une occupation il y a 3500 ans

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Les recherches archéologiques qui se sont déroulées à l’été 2020 à Mashteuiatsh auront finalement permis de mettre à jour des vestiges vieux de 3500 ans. C’est en effet ce qui a été révélé par la datation au carbone 14 faite sur les fragments découverts l’an dernier d’un ancien foyer de combustion.

Cette trouvaille, qui était enfouie à 1,5 mètre sous l’ancienne épicerie Axep de Mashteuiatsh, laisse ainsi présumer que les berges du lac Saint-Jean étaient déjà fréquentées il y a plusieurs milliers d’années, selon l’archéologue Noémie Plourde.

« La découverte du site DfFb-18 offre une possibilité inattendue pour les chercheurs et une chance unique de renouer avec notre passé. En effet, non seulement ce lieu présente un contexte à peu près intègre (c’est-à-dire non perturbé), mais de plus, on y trouve des indices qui témoignent d’une occupation continue des premiers peuples sur les bords du lac Saint-Jean (Pekuakami), depuis plus de 5000 ans jusqu’à aujourd’hui. »

Parmi les autres indices découverts sur les sites de fouille, la diversité des matériaux utilisés pour la fabrication d’outils de pierre viendrait aussi témoigner du mode de vie nomade des premiers peuples. L’occupation du territoire aurait également été des plus dynamique, alors que les échanges et les communications entre les groupes qui habitaient la région pendant ces années auraient aussi été nombreux.

Un ancien foyer de combustion, datant d’environ 3500 ans, a été découvert à l’été 2020.

« Cette découverte vient encore une fois appuyer nos récits de tradition orale entourant la présence millénaire des Pekuakamiulnuatsh sur Nitassinan. Katakuhimatsheta (Conseil des élus) est fier du travail accompli par l’équipe mandatée à la poursuite des fouilles archéologiques. L’important travail de concertation entre la Société d’histoire et d’archéologie de Mashteuiatsh, l’UQAC et Pekuakamiulnuatsh Takuhikan est essentiel dans l’affirmation de nos droits et de notre titre aborigène ainsi que dans notre gouvernance en matière de patrimoine collectif de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh », a souligné le conseiller désigné Patrimoine, culture et langue de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Stacy Bossum.

L’équipe de la Société d’histoire et d’archéologie de Mashteuiatsh n’est peut-être pas au bout de ses surprises. Les fouilles ont en effet repris lundi pour la saison estivale 2021.