Marwah Rizqy est d’avis que «rien ne sert de se presser». C’est pourquoi son lancement officiel de campagne aura lieu «au cours de l’automne».

Marwah Rizqy sera candidate à la chefferie du Parti libéral

Élue depuis moins d’un an, la députée Marwah Rizqy a confirmé vendredi qu’elle se lancera cet automne dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ).

«Je ne suis pas en course officiellement. Mais les gens savent que j’ai un intérêt sérieux et je suis en précourse en ce moment», explique-t-elle au Soleil.

La fiscaliste et femme politique de 34 ans est d’avis que «rien ne sert de se presser». C’est pourquoi son lancement officiel de campagne aura lieu «au cours de l’automne». 

Vendredi matin, Mme Rizqy avait d’abord confirmé sa candidature imminente en entrevue à la webradio QUB. 

À la fin juin, la députée libérale Dominique Anglade s’est lancée la première dans la course au leadership de ce parti qui a connu l’une de ses pires dégelée le 1er octobre 2018. Celle qui a été ministre de l’Économie sous Philippe Couillard profite de l’été pour faire une tournée des régions. 

«On ne fait pas une course contre qui que ce soit. Alors notre calendrier est établi en fonction de notre stratégie à nous», affirme Mme Rizqy. Reste que la députée serre également plusieurs mains au cours de sa propre précampagne estivale. 

Comme plusieurs de ses collègues, elle sera à l’écoute des idées des jeunes libéraux, qui tiennent leur congrès à l’Université Laval, à Québec, au cours de la fin de semaine. «Notre aile jeunesse est très forte, très en santé. Il faut leur donner leur place», croit Mme Rizqy. 

Appuis inconnus

La députée refuse pour l’instant de dévoiler ses appuis ou son équipe de campagne. De son côté, Mme Anglade peut compter sur l’appui officiel de sept élus libéraux, soit Carlos Leitão, Hélène David, Kathleen Weil, Monique Sauvé, David Birnbaum, Saul Polo et Frantz Benjamin. 

La députée Marie Montpetit songe également à se lancer dans la course à la succession de Philippe Couillard, mais n’a pas encore pris de décision. Depuis sa création il y a 150 ans, le PLQ n’a jamais eu de femme à sa tête. 

La course au leadership du PLQ sera lancée en novembre et l’élection du nouveau ou de la nouvelle chef aura lieu en mai 2020.