Martine Ouellet s’est entretenue avec la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Martine Ouellet prête pour la partielle

Martine Ouellet va quitter le Saguenay avec le sentiment du devoir accompli. En plus d’avoir pris le pouls d’une bonne partie de la population, la chef du Bloc québécois est un peu plus avancée quant à l’identité des candidats en vue de l’investiture pour la partielle dans le comté Chicoutimi-Le Fjord, laissé vacant à la suite de la démission du libéral Denis Lemieux.

Mme Ouellet terminait son séjour à Saguenay lundi soir, en participant à une assemblée collective du Bloc québécois à la Voie Maltée de Chicoutimi. Une cinquantaine de personnes, dont plusieurs membres du parti, ont répondu présentes. Marc Maltais, candidat pour le Bloc dans Lac-Saint-Jean lors de la dernière partielle, était présent, tout comme Mario Gagnon de la Caserne de jouets. Robert Bouchard et Marc-André Bédard ont aussi fait honneur de leur présence.

Appelée à résumer son passage dans la métropole régionale, la chef du Bloc n’a pas tardé avant de décocher un premier jab en direction du Parti libéral du Canada.

« Oui, Denis Lemieux a démissionné pour des raisons familiales, mais c’est probablement aussi parce qu’il trouvait qu’il n’avait pas assez d’écoute, a annoncé Martine Ouellet. Ça ressemble pas mal à ça et on se rend compte que Justin Trudeau n’écoute pas les régions. Ça fait mal au développement économique, c’est des pertes d’emplois, c’est du chômage. Avoir des députés du Parti libéral, ça ne change rien. Le Québec n’est pas plus écouté et avec la partielle, il y a une occasion d’envoyer un message à Justin Trudeau. Le seul parti qui peut vraiment envoyer ce message au Parti libéral est le Bloc québécois. »

La politicienne n’a pas voulu dire si elle repartait avec une liste de candidats, mentionnant simplement que beaucoup de personnes s’étaient montrées intéressées.

« On est en démarchage et il y a plusieurs personnes d’intéressées, a-t-elle commenté avec le sourire. Vous allez avoir l’occasion d’avoir les résultats dans quelque temps. Pour l’instant, il n’y a rien qui presse parce que la partielle n’est pas déclenchée. On va se préparer parce qu’on veut la gagner cette élection. On veut envoyer un message à Justin Trudeau. C’est incroyable de voir à quel point il se fout des régions. »

Rencontre avec la mairesse

Avant de rencontrer ses membres en soirée lundi, Martine Ouellet a pu s’entretenir avec la nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron, au cours de la journée. La situation des douanes à l’aéroport de Bagotville, du Centre d’excellence des drones d’Alma et de la voie navigable sur la rivière Saguenay ont été au nombre des sujets abordés, tout comme la télécommunication. Certaines personnes l’ignorent, mais des endroits du comté Chicoutimi-Le Fjord sont toujours privés d’un réseau Internet à haute vitesse.

« Pour moi, c’est clair que ça prend un accès Internet haute vitesse, a scandé Martine Ouellet. Pour moi, c’est un besoin essentiel, comme l’électricité l’était à l’époque, quand on a procédé à l’électrification de tout le Québec. »

La chef du Bloc québécois et députée indépendante à l’Assemblée nationale termine son séjour au Saguenay mardi, avec une visite à la Caserne de jouets.

Denis Lemieux a annoncé sa démission le 6 novembre. Le gouvernement a six mois à partir de cette date pour déclencher l’élection partielle.

Une rencontre avec les dirigeants de la Laiterie de La Baie était à l’ordre du jour, lundi. Sur la photo, Martine Ouellet discute avec Julien Duperré, de la compagnie baieriveraine.