La chef du Bloc québécois, qui est également députée indépendante au provincial, a profité de son passage à Chicoutimi pour faire quelques cadeaux de Noël 100% locaux, lors de sa visite au marché de Noël de la Zone portuaire.

Martine Ouellet gonflée à bloc

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, regarde d’un bon oeil l’élection partielle qui se tiendra dans Chicoutimi-Le Fjord au cours des prochains mois. Et la députée transparlementaire compte être un peu mieux préparée qu’elle ne l’était lors du déclenchement de l’élection partielle dans Lac-Saint-Jean.

« À Alma, on partait vraiment de plus loin. Nous n’avions même pas d’exécutif et Marc (Maltais) est arrivé sur le tard durant la campagne. Et, au début de la soirée (des élections), on gagnait ! Dans Chicoutimi-Le Fjord, il y a déjà un exécutif bien en place et je suis très confiante de remporter cette élection », a affirmé la députée indépendante de la circonscription Vachon, qui est actuellement de passage à Chicoutimi.

« On est vraiment ici pour rencontrer les militants et faire du démarchage pour notre futur candidat ou candidate. Et le Bloc québécois est vraiment le seul parti qui pourra remplacer Denis Lemieux. Le NPD est en chute libre, les conservateurs ne rejoignent pas les valeurs des Québécois et les libéraux ignorent les régions », a affirmé Martine Ouellet, lors d’un entretien accordé au Quotidien dans le hall de l’Hôtel Chicoutimi, dimanche en fin d’après-midi. La chef bloquiste revenait d’ailleurs d’une visite au marché de Noël de la Zone portuaire de Chicoutimi, où elle en a profité pour acheter quelques cadeaux de Noël, notamment de la confiture de camerise et du pesto de pleurote. 

Attrait du pouvoir

« Il faut vraiment envoyer un message clair à Justin Trudeau. Il ne travaille pas du tout pour les régions et même si Denis Lemieux était au pouvoir, il n’était pas vraiment écouté », a affirmé Martine Ouellet, lorsque questionnée à savoir si elle craignait que les électeurs de Chicoutimi-Le Fjord soient attirés à voter pour le Parti libéral, comme ce fut le cas au Lac-Saint-Jean avec le nouveau député Richard Hébert. 

Drones, douanes, brise-glace et cannabis

Questionnée sur des dossiers régionaux tels que le Centre d’excellence des drones d’Alma et les douanes de Bagotville, Martine Ouellet a affirmé qu’elle voulait en discuter avec ses membres, mais qu’elle était favorable aux deux projets. 

« Je crois qu’avec les formations techniques qui ont déjà lieu à Alma, ce serait bien de centraliser l’expertise à cet endroit concernant les drones », a indiqué la chef bloquiste, faisant référence à l’aide d’Ottawa qu’attend le Centre d’excellence des drones pour commencer les travaux de 2,4 millions $ pour créer le site de préqualifications le plus sophistiqué au pays. Par ailleurs, Martine Ouellet a affirmé que ce n’était pas normal que les gens de la région devaient se rendre à Montréal ou à Québec pour avoir accès à des douanes. 

Martine Ouellet a également profité de son passage pour parler de l’inaction du gouvernement fédéral concernant le chantier maritime Davie de Lévis, qui pourrait devoir mettre à pied 800 travailleurs d’ici la fin de l’année. « Les gens du Saguenay sont touchés, puisqu’il y a un manque de brises-glace au Québec et n’oubliez pas qu’un bateau de Rio Tinto est resté pris dans les glaces l’an dernier », a rappelé Mme Ouellet. 

Elle a également souligné le fait que la légalisation du cannabis se faisait trop rapidement et que le Bloc québécois avait demandé un délai d’un an, ce qui a été refusé par les libéraux.

Martine Ouellet sera à Saguenay encore aujourd’hui et demain. Elle invite d’ailleurs la population et les membres du Bloc à participer à une assemblée publique, qui aura lieu ce soir, à 18 h, à La Voie Maltée de Chicoutimi. Elle rencontrera également la nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron, au cours de la journée de lundi.