La présidente-directrice générale du CIUSSS du SLSJ, Martine Couture, partira à la retraite le 31 mars prochain.

Martine Couture à la retraite

Après 13 ans à la tête de l’Agence de la santé et du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean, la présidente-directrice générale Martine Couture prendra sa retraite dès le 31 mars prochain.

Ainsi, elle ne sollicitera pas de second mandat au CIUSSS. 

Martine Couture avait été nommée PDG du CIUSSS par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, le 6 mars 2015, après avoir occupé pendant dix ans le poste de PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Infirmière de formation et gestionnaire, selon le communiqué du CIUSSS, elle a auparavant agi comme directrice générale du Centre de santé et de services sociaux Cléophas-Claveau (1998-2004), à La Baie, après avoir été coordonnatrice des programmes et responsable des soins infirmiers au CLSC du Fjord.

« Du mois d’août 1976 jusqu’à maintenant, il s’est passé des jours et des années consacrés à la formation et au travail dans le domaine de la santé et des services sociaux. Il s’est passé une vie professionnelle passionnante, mouvementée et parsemée de défis. Le sablier s’est écoulé : je quitterai avec un profond sentiment du devoir accompli. J’ai toujours travaillé dans un esprit de collaboration, d’ouverture et de respect des personnes. Nous avons atteint de hauts standards d’excellence et je suis fière de notre région. Le réseau de la santé et des services sociaux évolue constamment, il poursuivra ainsi et j’ai une grande confiance en la relève. Les jeunes arrivent avec une solide formation, des idées, une confiance et une grande énergie. Le futur est assuré ! », a-t-elle déclaré.

En septembre dernier, Mme Couture disait avoir reçu avec humilité le rapport d’enquête systémique de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) sur la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de la région. En conférence de presse, elle avait mentionné qu’elle prenait acte de ce second rapport d’enquête et qu’elle s’engageait à respecter chacune de ses recommandations avec la collaboration d’un conseiller expérimenté. Le rapport ciblait des manquements graves à la suite du décès d’un jeune enfant. L’enquête avait été commandée par la ministre déléguée la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois.

En janvier de la même année, Martine Couture avait écrit à la Direction générale de cancérologie (DGC) du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), concernant le transfert à Québec des patients traités pour le cancer de l’œsophage. Elle avait demandé une période d’exemption de deux ans, au cours de laquelle les interventions réalisées dans la région, de même que les protocoles et procédures, pourraient être supervisées par un centre de référence. Elle avait auparavant été pointée du doigt par certains pour ne pas être assez critique envers la centralisation du réseau imposée par le ministre Barrette.