Mario Leone occupe la présidence d'Alliance Saguenay.

Mario Leone, d’Alliance Saguenay, renvoie la balle à Gilles Tremblay

Le président d’Alliance Saguenay, Mario Leone, a répondu à Gilles Tremblay, candidat de l’Équipe du Renouveau démocratique (ERD) pour le poste de conseiller municipal dans le district #1, concernant les dépenses liées au soccerdôme et à l’amphithéâtre de Saguenay.

M. Leone laisse entendre que M. Tremblay avait tort de contester les informations données par Dominic Gagnon quant à ces deux projets. « Or, si l’on écoute bien plutôt que de mal entendre, on remarquera que M. Gagnon s’est engagé à “tout mettre en œuvre” pour aller chercher cette subvention, ce qui est bien différent. De plus, selon les modalités du nouveau Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS) lancé par la ministre Isabelle Charest en novembre dernier, il est possible de faire financer à la hauteur de 66 % ce type d’installation sportive. Ainsi, si M. Tremblay avait vérifié avant de porter des accusations, il aurait pu constater l’exactitude des chiffres avancés par Dominic Gagnon. Si M. Tremblay n’aime pas ces chiffres, il devrait s’en prendre plutôt au ministère de l’Éducation supérieure du Québec, c’est lui qui établit les règles, pas nous. »

Mario Leone poursuit sur la même lignée quant à l’amphithéâtre. « M. Tremblay [laisse entendre] que Dominic Gagnon mentait en affirmant que le projet d’amphithéâtre de la mairesse Néron ne se qualifiait pas pour cette subvention. Encore ici, je réfère les lecteurs [au PARFIRS], où l’on stipule clairement ceci : “Infrastructures non admissibles ; 9.4. Une infrastructure sportive professionnelle ou semi-professionnelle qui est principalement une opération commerciale”. Alors, M. Tremblay, expliquez-nous comment l’amphithéâtre Néron se qualifie compte tenu de cet énoncé clair du ministère ? Qui fait de la désinformation, M. Tremblay ? »

M. Leone affirme que l’ERD est « en proie à un élan de panique », ajoutant que « depuis plus de deux ans, ce parti politique n’a cessé de se fourvoyer à chaque fois qu’il s’agit de chiffres ». Il accuse également Gilles Tremblay de ne faire aucune proposition. Émilie Morin