En 2011, Mario Cantin a gravi une partie du mont Everest à la mémoire de sa fille Mélanie. Il relance l’aventure sept ans plus tard avec le désir de se rendre au sommet.
En 2011, Mario Cantin a gravi une partie du mont Everest à la mémoire de sa fille Mélanie. Il relance l’aventure sept ans plus tard avec le désir de se rendre au sommet.

Mario Cantin à la conquête de l’Everest

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien
Quinze ans après s’être fixé pour objectif de gravir les sept plus hautes montagnes du monde, le Saguenéen Mario Cantin poursuit son épique périple. Dès dimanche, l’amoureux de plein air, qui habite dorénavant la région de Montréal, prendra d’assaut ni plus ni moins que l’Everest. Tout au long de l’expédition, laquelle s’échelonnera sur 10 semaines, il sera accompagné et guidé par sa fille Mélanie, décédée dans un accident de voiture en 2002.