Marie-Annick Fortin a tenu son point de presse à La Baie, jeudi.

Marie-Annick Fortin candidate à l'investiture péquiste dans Dubuc

(Denis Villeneuve) - Un second nom s’ajoute à la liste des candidats à l’investiture péquiste dans la circonscription de Dubuc, prévue le 12 août prochain, avec l’annonce de Marie-Annick Fortin.

Lors d’un point de presse tenu à La Baie, devant une douzaine de partisans, Mme Fortin a mentionné qu’elle entendait offrir une alternative aux options caquiste et libérale, qui, selon elle, proposent les mêmes recettes usées. « Mon choix est de développer Dubuc et le Parti québécois présente des alternatives plus intéressantes », a-t-elle déclaré.

Mme Fortin a fait état de son enracinement dans le milieu laterrois, puisque ses arrières-grands-parents et elle-même y ont toujours vécu.

Elle a confié qu’elle avait un parcours atypique, puisqu’elle a oeuvré dans le milieu communautaire et de l’économie sociale après avoir complété une maîtrise en gestion des organisations.

Elle est connue dans le milieu péquiste pour avoir travaillé à titre d’attachée politique au bureau de comté du député Stéphane Bédard, ainsi qu’auprès d’organismes caritatifs, particulièrement ceux fondés par l’abbé Gérald Linteau.

D’ici le 12 août, Mme Fortin entend parcourir le comté et les 15 municipalités qui le composent pour convaincre les 600 membres du PQ de voter pour elle.

Elle ajoute que Dubuc constitue un terrain fertile, puisqu’on y trouve un fond péquiste de longue date.

« Les citoyens sont mûrs pour un changement axé sur des valeurs humanistes, mais pas vers la droite comme le propose la CAQ », conclut-elle.

+

MARIO SIMARD MISE SUR L'ÉDUCATION

(Myriam Arsenault) - Mario Simard maintient son objectif d’être candidat au Parti Québécois dans la circonscription de Dubuc en annonçant, jeudi, le centre de son action politique. S’il faisait campagne, il mettrait en œuvre des projets pour soutenir l’éducation et les aînés.

Via un communiqué de presse, le chargé de cours en sciences politiques et en travail social, à l’Université du Québec à Chicoutimi, a publié un plan de ses priorités avant l’assemblée d’investiture du Parti Québécois, en août prochain. 

Il maintient son désir d’aider l’éducation, puisqu’il considère que c’est un enjeu important pour Dubuc. Le plan de rénovations d’école du Parti Québécois pourrait améliorer les établissements de la circonscription, dont plusieurs reçoivent la mention mauvaise ou très mauvaise. « Le Parti Québécois s’engage à lancer un vaste chantier de rénovation d’écoles. Ainsi, les élèves des écoles Sainte-Rose, Saint-Joseph, Marie-Médiatrice et Saint-Jean-de-Bégin n’auront plus à se présenter chaque matin dans un établissement scolaire coté très mauvais », a écrit Mario Simard. De plus, le candidat à l’investiture tient à soutenir le projet de la loi Bouclier, qui ferait que les budgets en éducation seraient protégés. 

Le chargé de cours garde aussi dans sa mire la qualité de vie des aînés. « Il nous faut impérativement réfléchir à la gestion sociale du vieillissement de la population pour diminuer le fardeau des familles, qui doivent conjuguer avec la lourde tâche que représente la prise en charge d’un proche en perte d’autonomie », a-t-il souligné dans son message. Il tient à montrer son appui au Parti Québécois, qui promet un meilleur financement des services publics et des entreprises d’économie sociale.

Pour être admissible, Mario Simard doit rassembler 25 signatures de péquistes inscrits. Le candidat commençait tout juste à les recueillir. « J’ai une bonne idée de qui va signer, et je devrais toutes les avoir d’ici mardi prochain », a confirmé Mario Simard dans son entretien avec Le Quotidien. S’il est élu, il devra ensuite trouver 100 membres de sa circonscription pour rendre sa candidature officielle.