Le conseiller Marc Pettersen a fait jaser sur les médias sociaux, dimanche, lorsqu'il a dit avoir été témoin d'une tentative de meurtre.

Marc Pettersen crie au meurtre sur Facebook

Une publication du conseiller municipal Marc Pettersen a fait jaser, dimanche matin, sur Facebook.
L'élu a affirmé avoir été témoin d'une tentative de meurtre, alors qu'il se trouvait au centre commercial Place du Royaume de Chicoutimi. Le conseiller a fait durer le suspense quelques minutes, avant d'admettre qu'il s'agissait en réalité d'une «altercation» entre un pigeon et des corneilles.
«Je viens d'être témoin d'une tentative de meurtre à l'entrée de place du royaume! Plus de détails tantôt!», a écrit Marc Pettersen, aux alentours de 11h, dimanche matin. Aussitôt, les commentaires et les questions ont afflué, puisque les gens voulaient évidemment plus de détails. Le conseiller de Chicoutimi-Nord en a ajouté, en affirmant qu'il «était maintenant en sécurité dans son véhicule» et «qu'un préposé de Place du Royaume était venu en aide».
Des journalistes, dont l'auteure de ces lignes, ont même contacté M. Pettersen, afin de savoir si la publication était véridique.
Des internautes lui demandaient également s'il «se portait bien».
Finalement, après une dizaine de minutes, le conseiller a mis fin au suspense. «Bon ben (sic) finalement, je suis en sécurité à Place du Royaume, mais les agresseurs sont toujours dehors. Soyez prudents, ce fut une agression sauvage: quatre corneilles contre un pigeon», a écrit le conseiller.
Pendant que certains trouvaient la blague très drôle, d'autres se sont montrés plus critiques. En effet, plusieurs ont affirmé qu'il s'agissait d'un manque de jugement de la part d'un élu.
«Plateforme dangereuse»
Marc Pettersen s'est défendu en affirmant avoir voulu faire un peu d'humour et démontrer que Facebook pouvait parfois être une plateforme dangereuse.
«La morale de cette histoire, c'est que Facebook est un excellent moyen pour passer des messages, mais c'est aussi une plateforme qui peut être dangereuse. [...] Au plus, entre la nouvelle et la vérité, il s'est écoulé 13 minutes. Et entre-temps deux journalistes m'ont appelé. Imaginez maintenant ce qui s'est passé aux États-Unis durant l'élection et ben (sic) le pire candidat de l'histoire américaine a peut-être été élu sur de fausses nouvelles», a écrit le conseiller municipal.
Questionné à ce propos, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a préféré ne pas commenter la situation, mais a admis qu'en «tant que conseiller, on se devait d'être plus prudent sur les médias sociaux».
«C'est tellement anodin»
Marc Pettersen n'en revenait tout simplement pas, lorsque joint par Le Quotidien en fin de soirée, dimanche. «C'est une farce que j'ai faite. C'est tellement anodin, je ne comprends pas pourquoi les journalistes reprennent ça comme s'il s'agissait d'une nouvelle», a lancé le conseiller municipal, surpris de l'ampleur qu'a prise sa blague.
Lorsque questionné à savoir s'il regrettait d'avoir publié cette farce, Marc Pettersen a été catégorique. «Non, pas du tout. Je suis quelqu'un de spontané, mais je ne suis pas un idiot pour autant. C'était humoristique», a ajouté le conseiller. Ce dernier admet avoir été victime, tout au long de la journée, de commentaires impolis et irrespectueux. En effet, certains n'y sont pas allés de main morte dans leurs commentaires.
«La majorité de mes amis Facebook ont trouvé la blague drôle, mais j'ai aussi été insulté. Ce qui m'écoeure, c'est de voir des gens m'insulter sur mon travail quand ils n'ont même pas le courage de mettre une vraie photo d'eux sur Facebook. En plus, ceux qui me traitent de noms ne seraient même pas capables de me suivre une seule journée!», a affirmé le conseiller municipal, qui s'attendait d'ailleurs à ce que le sujet fasse encore jaser à la radio, lundi.
Le principal intéressé a même songé à se retirer de Facebook.